Archive pour July 2007

Les pages d’erreur

Publié le 25 July 2007, par Babozor

Ou de la nécessité de faire de vraies pages d’erreurs

C’est une des caractéristique du web, de temps en temps vous tomber sur des pages d’erreur, que ce soit un mauvais lien dans une page web, dans un email ou une erreur de frappe pour une url compliquée, dans votre cyber-errance vous avez dû tomber sur quelques pages d’erreurs.

1. Les principales pages d’erreur
404 – Not Found (Non trouvé)
C’est sans aucun doute la page la plus répandue: la page demandée n’a pas pu être trouvée sur le serveur web, soit elle n’existe pas (ou plus), soit l’url tapée est incorrecte.
500 – Internal Error (Erreur interne)
Le serveur a rencontré une erreur qui l’empêche d’afficher la page (ce n’est pas une erreur propre au langage de programmation mais au traitement du serveur web – Apache ou IIS par exemple)
403 – Forbidden (Interdit)
Requête interdite, peu importe vos autorisations, c’est interdit c’est tout (et on arrête de râler dans le fond!)
401 – Unauthorized (Non autorisé)
Les données envoyées au serveur ne permettent pas de servir cette page. Le plus souvent c’est un problème d’autorisations (mauvais login/mot de passe) vers une section spécifique et protégée
400 – Bad Request (Mauvaise requête)
La syntaxe de la requête est mal formulée ou impossible à satisfaire.
502 – Service Temporarily Overload (Service temporairement surchargé)
Traffic trop dense, et réponse impossible du serveur

2. Comment améliorer ces pages d’erreur?
Soyons clair, que ce soit sous Apache ou IIS, les pages standard d’erreur sont affreuses et n’affichent que le message d’erreur et rien d’autre.
Il est possible de prendre la main sur ces pages et de substituer nos propres pages d’erreur.
Quels sont les éléments indispensable pour ces pages d’erreur customisées?
charter la page: rendre la page d’erreur conforme à la charte générale de votre site web.
expliquer: expliquer un peu (avec quelques mots simples) l’origine probable du problème et quelques moyens simples pour y remédier (comme bien vérifier l’url, etc…)
envoi d’un message: donnez la possibilité au visiteur de vous envoyer un message avec des informations qui vous permettront éventuellement de résoudre le problème.
proposer des alternatives: la personne est tombée sur une 404, la page ne semble pas exister ou est introuvable, tentez de lui proposer d’autres articles en rapport avec l’url qu’elle cherchait, ou par exemple un lien vers les 5 derniers articles, un moteur de recherche, etc… Bien souvent une 404 est la destination finale pour un utilisateur, proposez lui des alternatives et peut être trouvera-t-il des choses aussi intéressantes et restera-t-il sur votre site.

La subtilité [toute realtive] des agences de communication

Publié le 25 July 2007, par Babozor

Depuis maintenant quelques temps, les bloggeurs et éditeurs de sites divers et variés sont beaucoup sollicités pour tester divers produits… je n’essaye pas de relancer le (déjà) vieux débat entre journaliste et blogger (un journaliste est un professionnel, a fait des études pour, le blogger non, même si à mon avis certains bloggers mériteraient une place de choix dans certains magazines ou quotidiens que certains journalistes, mais c’est un autre débat) mais d’essayer d’éclaircir les choses.
– vous êtes une agence de communication confiante dans le produit de votre client et vous prêtez ou donnez des produits à certaines personnes pour les tester, sans obligations et vous attendez les retombées éventuelles (et si le produit est bon ça devrait retomber, c’est mathématique)
– vous êtes aussi une agence de communication qui essaye de se faire de la publicité pas cher, vous contactez donc des blogger en tentant de les transformer en pseudo-journaliste, contre quelque menu cadeau…

La différence est tenue, mais importante: dans la première vous lancez des bouteilles à la mer en espérant des retombées, dans la deuxième vous négociez ces retombées.

Un exemple pour illustrer mon propos, un série de mails échangées entre une de mes (très proches) connaissances, blogger vétérant et expatrié français (ça a son importance) et une agence conseil en communication marketing online, web 2.0, buzz et blogs marketing, bouche a oreille, performance search marketing (ça ne s’invente pas, ça vient de leur site…): la société heaven
(pour des questions de confidentialité j’ai masqué les noms)

Bonjour L.,
Je suis A. et je travaille pour l’agence de communication en ligne heaven.
Je me permets de vous contacter pour le compte de notre client Microsoft Hardware ; nous essayons d’entrer en contact avec des expatriés qui ont un blog pour obtenir des retours d’expérience sur l’utilisation des webcams.
En effet, nous pensons que la webcam est un outil qui permet de compenser l’éloignement de ses proches et c’est pour cela que votre avis nous intéresse.
Bon, j’ai cru comprendre que vous n’étiez pas a priori un fan absolu de nos amis de Redmond, mais si vous pouviez tenter de considérer ceci comme un test pour un constructeur hardware lambda, j’en serais ravi
Aussi, si vous l’acceptez, nous vous proposons de mettre à votre disposition une LifeCam pour vous et pour deux de vos proches afin que vous puissiez vous faire une idée des avantages de ce mode de communication.
Ces LifeCams sont bien sur optimisées pour Windows Live Messenger et compatibles avec toutes les autres messageries instantanées comme Skype par exemple J
N’hésitez pas à me répondre si vous êtes intéressé,
Cordialement,
A.

Et bien vous m’avez rendu curieux… que proposez vous?
L

Bonjour L.,
Heureux d’avoir pu attiser votre curiosité, je vais tenter de vous expliquer le plus clairement possible le gourbiche.
Nous vous faisons parvenir une Webcam (en l’occurrence une Lifecam) ainsi que deux autres à des proches de votre choix, et avec qui vous désirez communiquer (de préférence en France).
A la suite de ces vidéo-conversations vous écrivez une note (au moins) sur votre blog.
Il est évident que vous conservez une totale liberté rédactionnelle.
Cet accord n’est pas contractualisé, nous nous basons plus sur des engagements moraux.
Et voilà je crois ne pas m’être trop enfumé les neurones, ni les votre je l’éspère.
Je reste à votre disposition pour toute demande d’information complémentaire,
Cordialement
A.

qu’est-ce que cette webcam a de plus que les autres? j’ai déjà isight intégré à mon mac, est-elle vraiment supérieure?…
L.

Erf…. Vous êtes sur Mac.
Là vous venez de me mortifier.
Sous mac les lifecams fonctionnent mais leurs spécificités (surtout avec Windows Live Messenger) ne fonctionnent pas. Elles ne présentent donc pas d’intérêt pour test…
Tant pis pour moi, je vous remercie en tout cas de m’avoir répondu et vous souhaite une bonne route néerlandaise.
Bien cordialement
A.

Pas très subtil: je t’offre trois webcam et en contre-partie tu me fais un post sur ma webcam (mais tu garde une totale liberté rédactionnelle… off course).
Qu’est ce qui est choquant ici? D’offrir une (ici en l’occurrence trois) webcam contre un post dans un blog? Pas vraiment… ce genre de choses se font (même si à mon avis perdre sa cyber-légitimité pour trois webcam je trouve ça un peu cher payé). Ce qu’il manque ici c’est d’un poil de subtilité, marquer noir sur blanc que vous attendez un post après avoir reçu “le cadeau” était je pense superflu. Si la webcam est vraiment bien, il y a 98% de chance que le blogger en parle (d’autant que de recevoir un cadeau ça fait toujours plaisir).
D’un autre côté, si vous obligez un blogger à poster sur votre produit, vous avez toujours le risque qu’il poste quelque chose de désagréable… c’est qui n’est pas vraiment le but de ce genre de campagne.

Donc quelques conseils pour les agences de marketing et communication en ligne, pour éviter les gaffes:
1. ne proposez jamais de contre partie, un cadeau est un cadeau, si ça plait, les gens écrirons dessus
2. renseignez vous sur les personnes que vous contactez (ne serais-ce qu’en lisant leur blog de façon rapide) pour savoir a qui vous vous adressez et si vous êtes sur la bonne cible.
3. arrêtez de prendre les bloggers pour des journalistes (certains journalistes bloguent, mais les bloggers ne sont pas des journalistes, juste des gens qui veulent partager leur expérience personnelle ou professionnelle)

Et vous vos expériences avec les agences de communication online ça donne quoi?

Les [vrais] vacances des travailleurs du web

Publié le 24 July 2007, par Babozor

Ah… les vacances
Tout le monde en rêve, et pour certains c’est montagne, la mer, ou la campagne en famille (certains aussi rattrapent leurs 8 millions d’heures de sommeil en retard à Paris, ne sortant que pour se nourrir… je le sais je l’ai fait plusieurs fois pendant mes premières années de travail dans le web… super nolife, ultra pathétique, je sais).

Mais quels sont les éléments qui font les vrais vacances du travailleur du web?
Je vais donc vous en donner ma définition personnelle (et je vous laisse donner la votre dans les commentaires):
1. j’arrête de lire mes mails: je lâche un de mes TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif, pour ceux qui connaissent pas des trucs qui sont obsessionnels et qu’on ne peut s’arrêter de faire, comme de vérifier 25 fois que la porte est bien fermée) principaux, c’est à dire checker mes mails (perso et pro) toutes les 3 minutes environ
2. je coupe mon portable: peu importe qui m’apelle, que ce soit pour le boulot ou pour autre chose, je ne suis pas (ou plus) disponible. Je rallume une fois par jour mon portable pour prévenir mes proches que je suis vivant et checker mes 41 messages vocaux (que je supprime sans écouter si ça vient du boulot) et ensuite je le ré-éteint.
3. je ne lis plus mes flux RSS: je laisse mes flux RSS non lus, s’accumuler dans mon Google Reader, je me repose, donc peu importe ce qui se passe dans le business ou sur tel ou tel site, j’aurais bien le temps de regarder tout ça à mon retour.
4. je reste le plus éloigné possible d’un ordinateur portable, un clavier et tout ce qui rapproche peu ou prou au web (ou à l’informatique): je suis en vacance, je me détend, donc non je ne réparerais pas l’ordi de tante Gertrude qui a des problèmes avec ses messengers, je ne vérifie pas le solde de mon compte en banque en ligne (doublement dépressif) et je laisse mon blog stagner lamentablement… sans aucun nouveau post pendant des semaines (je sais c’est pas bien)

Voilà mes vrais vacances pour moi: je m’arrache de mon addiction au web et à mon portable, et j’essaye de profiter un maximum des ces (trop) courtes vacances avec ma famille.
Et vous c’est quoi votre définition pour des vrais vacances de travailleurs du web?

Retour…

Publié le 20 July 2007, par Babozor

Après une semaine de vacance (bien méritée) et un peu plus de deux semaines dans mon nouveau job, je trouve enfin un peu de temps pour tenter de ressusciter ce blog. Je sais que ce n’est pas bien de ne pas poster de façon régulière (d’ailleurs je me suis auto-puni pour la peine), mais le début d’un nouveau job prend toujours beaucoup de temps.
Je me suis aussi pas mal posé de questions sur le pourquoi et l’avenir de ce blog: pourquoi continuer? de quoi parler? quels sujets aborder? et je me suis donné un peu le temps de la réflexion, pour savoir ce que je voulais vraiment faire.
La réponse à cette question est aussi vague que la question elle même… je ne sais pas précisément ce que je veux faire à part continuer de parler des différents métiers du web, sous des aspects pas trop techniques, les différentes technologies disponibles, les méthodes d’organisation, de travail, etc…
D’ici peu donc, quelques posts de circonstance (vous verrez, je ne vous en dit pas plus)