Archive pour July 2008

Un atelier de sérigraphie communautaire… pourquoi pas?

Publié le 30 July 2008, par Babozor

silk_screen.jpg

Depuis maintenant quelques semaines, je réfléchis à me lancer un peu dans la sérigraphie… pas vraiment pour faire du fric, mais plus pour le fun, pour avoir la liberté de pouvoir imprimer ce que je veux sur des tshirts ou des stickers, mais plusieurs problèmes se posent à moi (mais on y reviendra plus tard).

Je pense donc de plus en plus me lancer avec un matos artisanal, un peu à la barbare, mais en essyant d’être über pro, de la mortelle qualité de la mort… mais de la production indépendante, pas vraiment pour de la vente (ou alors à une micro échelle) pour me donner la possibilité (ainsi qu’à des gens comme moi) de rendre le processus abordable et beaucoup plus flexible.

Le chiffrage serré du projet tourne autour de 500 euros environ (divisé par deux si on se la joues DIY, ce que je compte bien évidemment tenter)… le but étant de trouver quelques personnes motivés pour participer (et pas spécialement pour mettre des thunes dedans) à l’expérience.

Je cherche donc:
1. des gens motivés par le projet
Graphiste, entrepreneur, passionné, terroriste vestimentaire, tshirt-maniaque, etc… tu es motivé pour participer à l’ouverture du premier micro-atelier de sérigraphie communautaire à but presque pas lucratif, contacte moi: babozor[at]gmail[point]com
2. un lieu
Là on rentre dans le coeur du problème (le vrai), j’ai essayé de négocier avec madame, mais à 3 dans 30m2 l’atelier de sérigraphie ne s’installera pas dans ma salle de bain (c’est officiel… rien à faire), je recherche donc un bout de local à squatter à Paris ou en (proche?) région parisienne. Idéalement il faudrait entre 5 et 10m2, avec un point d’eau (pour laver le silkscreen et l’encre), donc si quelqu’un connait quelqu’un qui, etc… contacte moi: babozor[at]gmail[point]com

Les avantages de monter un truc comme ça:
– possibilité de faire ce qu’on veut, en quantité qu’on veut (plus de limite minimale)
– artisanal
– participer au processus de production
– mutualiser l’achat du matos (encre, tshirts, etc…)
– un projet rigolo
– hacker, modifier, expérimenter…

Bon, remarques, encouragements et insultes bienvenues… comm d’hab!

Quel FAI (ISP) choisir pour votre start-up?

Publié le 30 July 2008, par Babozor

livebox.jpg

Voilà un problème intéressant (et que j’ai déjà rencontré plusieurs fois dans les deux dernières années):
Quel FAI (Fournisseur d’Accès à Internet) choisir pour une entreprise qui s’ouvre?

Pour les gens qui ont plein de pognon
Evidemment une grosse ligne web bourrin un T1 ou une LS… pas très réaliste tout de même puisque pour une LS comptez un bon 10k€ par mois (donc pas très start-up frendly)

Pour les autres
Il existe beaucoup d’offres perso et pro sur le marché… Free pour ne citer qu’eux ont une assez bonne réputation (même si elle se ternie dès qu’on connait quelqu’un avec une ligne qui merdouille, mais ça c’est partout pareille, pour tous les FAI), sympa mais peu réaliste, voilà pourquoi:

1. contact direct
Le web c’est votre boulot, vous ne pouvez pas en être privé plus de quelques heures… vous devez avoir la possibilité de pouvoir faire une pression physique (bien qu’amicale) impossible par téléphone. Vous devez donc avoir accès à un point de vente, un magazin qui pourra appuyer votre demande.

2. dispo immédiate (ou presque)
Comme pour n’importe quel projet, il vous fait votre liaison web pour hier (voir avant-hier), ce qui veut dire lancer la procédure administrative, mais aussi dan certains cas reconstruire physiquement la ligne, ou envoyer un technicien pour checker le cablage.

Orange/FT grand gagnant?
Malheureusement, c’est là où Orange tire son épingle du jeu, avec un réseau de boutique qui couvre tout le territoire, la possibilité de vous ouvrir une ligne web en 24h (j’ai testé avec ma femme enceinte en pleine crise, sans sa dose de web… raccord en moins de 24h chrono), mais surtout le plus important les tickets d’intervention Orange sont traités en priorité.

Même si certains FAI pratiquent des prix intéressant, des services attractifs, la voix de la raison est de rester chez FT/Orange pour avoir une service optimal (ou de faire une levée de fond spécifique pour votre LS)…

Et vous c’est quoi votre expérience avec les FAI au boulot?

Méthode de recrutement 2.0?

Publié le 30 July 2008, par Babozor

chasse-tireur.jpg

Voilà une réflexion bien vue dans un article de kilgore, qui se plaint du manque d’évolution des méthodes de recrutement dans notre secteur… et je ne peux qu’être malheureusement d’accord avec lui.

La bonne époque early-Viadeo révolue
Il y a encore quelques années, je me souviens de la surprise de tomber sur un site comme Viadeo, qui n’avait pas le succès d’aujourd’hui et qui était fréquenté à 98% par peu de recruteurs, mais qui savaient ce qu’ils voulaient et savaient lire les compétences. Cela donnait peu de réponses, mais ultra ciblés. Aujourd’hui malheureusement, tout le monde est sur Viadeo (ou presque) et c’est plus utilisé comme un gigantesque carnet d’adresse payant…

Harcèlement pas toujours pointu
J’ai une certaine visibilité, de par TDW, mon site web, etc… et pas une semaine sans que j’ai une ou deux propositions, dont certaines assez farfelues. On me propose des postes Java (peut être parcequ’ils ont lu javascript dans mon CV) ou des salaires de Junior, ou juste des postes qui ne me correspondent pas.
Beaucoup de cabinets de recrutement me sondent aussi par téléphone…

Un vrai travail, difficile
Recruter dans notre domaine, le web, c’est difficile… il faut savoir de quoi on parle, connaître les technos, les concepts, savoir comment les entreprises travaillent… c’est un travail de marieur professionnel.
Voir beaucoup de monde, pour au final présenter deux ou trois personnes qui ne seront peut être pas prises.

Certains qui sortent du lot et tentent des choses intéressantes
J’avoue que certains sortent un poil du lot, en tentant d’autres méthodes. Je ne pourrais que louer Altaide pour ses Dev Drink, un bon moyen pour eux d’attirer les développeurs hardcore et fêrer le poisson, mais à part ça pas d’innovation majeure.

La meilleure méthode de recrutement?
Le web est un média dur, où plus que les compétences techniques, se sont les gens et leurs relations qui sont importantes, trouver la bonne personne qui convient à l’ambiance de l’entreprise.
Par expérience, la co-optation est une méthode qui marche pas mal, mais doit représenter un pourcentage marginal des embauches.

Le problème est complexe, intéressant, mais je n’ai pas vraiment de solution…
Et vous vous en pensez quoi du recrutement, quels seraient vos améliorations pour passer au recrutement 2.0??

Woot!!!

Publié le 30 July 2008, par Babozor

woot.jpg

Voilà un site (ou plutôt trois) rigolo et cool…
Woot, vous propose une offre exceptionnelle par jour (aujourd’hui c’est lunettes bizarre pour remplacer votre écran à 70$)
Shirt.woot vous propose un tshirt original par jour (entre 10 et 12$, comptez 5$ pour le shipping international, au cours du dollar c’est donné…)
wine.woot une sélection vins une fois par semaine…

A quand un truc pareil en France??

Pourquoi faut-il acheter un MacBookPro à tout le monde?

Publié le 30 July 2008, par Babozor

mbp.jpg

Quelques commentaires sur un post précédent m’ont fait un peu réfléchir sur deux choses:
– le caractère encore très hiérarchisé de l’achat de matériel (où dans certaines structures les contrôleurs de gestion se baladent avec un laptop à 2000 euros et les dev avec une bouse à 500)
– le manque de recul et de calcul de certains… qui ont à mon goût une vue à très court terme.

Je comprends aussi que dans les micro-structures, chaque dépense est importante, voici donc un petit calcul qui sera plus court et surtout plus explicite que beaucoup de discours.

Une année se découpe en environ 53 semaines, donc 265 jours potentiellement travaillables (53*5)
Enlevez 5 semaines de vacances (donc 25 jours travaillables) et encore quelques jours pour les divers maladies et vous avez dans l’année un capacité de travail d’environ 230 jours (en étant un poil pessimiste).
Je suis payé 48k€ brut par an, ce qui coûte environ 67 200€ à l’entreprise (en comptant environ 40% de charge), ce qui fait mon tarif journalier à environ 300€ par jour.
Donc le prix d’un MacBookPro est couvert en environ 7 jours de travail, soit 56 heures…

Aujourd’hui en dehors de la veille (qui fait partie de mon travail: installer des trucs, bidouiller, etc…), j’ai dû dépenser en cumulé maximum 2 jours dans l’année pour des problèmes techniques sur mon MacBookPro (aussi bien fonctionnement de la machine que l’OS).

Si votre temps de maintenance par an dépasse les 72 heures, que ce soit sous Windows (XP ou Vista) ou une distribution Linux, c’est pour vous une économique d’acheter un MacBookPro.

Par expérience, dans mes anciens boulots, avec mes anciennes machines (desktop ou laptop, que ce soit sous Win ou Linux), je devais passer en moyenne entre une demi-heure et une heure par jour improductif, soit pour des questions de machine lente, soit pour des raisons de mises à jour, incompatibilité, problème de drivers, devoir passer par deux programmes différents pour un truc simple, etc…
Disons pour minimiser une demi-heure par jour -> 115 heures sur l’année -> presque 15 jours (en prenant 8h/jour comme base)… 4500 euros (le prix de deux MacBookPros), alors toujours pas convaincu??

C’est aussi simple que ça… est ce que ça vous parle plus maintenant ou vous avez toujours un doute??