TravailleursDuWeb se BLACK OUT contre HADOPI

Sauter le pas? Freelance… pourquoi… pourquoi pas?

Publié le 27 March 2009, par Babozor dans la catégorie Emploi, Marketing, CRM, etc..., Organisation, méthodo..., Recrutement, DRH, etc...

Leap-Year-flying-leap-of-faith.jpg

Voilà, maintenant c’est clair, je dois dans le mois et demi qui vient trouver un travail (encore que ça reste à confirmer, mais je pars dans la pire hypothèse on sait jamais)… quel travail et sous quelle forme, la question reste entière. Une des pistes envisagée est le passage en tant qu’indépendant.

Passage par envie et non par obligation
J’ai toujours eut la volonté de repasser en freelance un jour ou l’autre (j’ai été freelance pendant un an en 2000) mais pour ça je m’étais fixé deux objectifs:
– avoir plus d’expérience, beaucoup plus, une dizaine d’années ou une expérience significative dans mon domaine (ce premier objectif est atteint je penses, même si je penses qu’il me reste un million de choses à apprendre)
– le faire dans de bonne conditions: en gros avoir des clients plus ou moins réguliers prêts à me suivre dans l’aventure ou un fond de roulement suffisant pour trouver suffisamment de clients pour vivre convenablement.
Aujourd’hui même si l’envie est là (plus que jamais d’ailleurs), j’ai la tenace impression que c’est pour éviter principalement de retourner dans une structure traditionnelle que ma réflexion à devenir freelance me pousse.
Explorons un peu ce qu’il y a derrière le terme “freelance”

Liberté
C’est une des principales caractéristique du freelance ou de l’indépendant, il acquit sa liberté, de travailler dans le domaine qu’il veut, avec les clients qu’il veut, liberté de choisir ses horaires, etc…
Pour certains c’est effrayant, pour d’autres jouissif, cela demande en tout cas un peu de structure et de motivation, personne pour vous tirer du lit le matin à part votre motivation.
Pour ma part je n’ai pas peur de ce mode de fonctionnement, j’ai déjà été freelance et j’ai su correctement faire la part entre le temps travaillé et le temps de loisir, dans mon travail aujourd’hui j’ai peu ou pas de supervision (à part le résultat) donc aucun problème pour me manager.

Fric
Là c’est un point délicat surtout pour le début, puisque à moins d’avoir des clients potentiels qui ont émis le souhait de vouloir travailler avec vous, vous allez devoir les trouver. Comptez aussi les charges, le reversement de la TVA, l’impôt sur les revenus… et la différence entre le chèque que vous avez encaissé et la somme que vous pouvez réellement percevoir est … épique (en gros le chiffre communément admis est que avant impôt sur le revenu 50% du CA HT pars en charges divers).
Dans ma situation actuelle, passage encore plus délicat puisque pas de matelas ou d’épargne et surtout un montant minimum à ramener à la maison tout les mois sous peine de se voir à la rue ou à crever de faim… c’est je dois le dire ce qui me retient aujourd’hui de passer freelance, ne pas avoir de perspective de CA et devoir tout de même ramener une somme conséquente à la maison.

Contraintes
Le passage en freelance c’est rigolo: liberté, chercher des clients, travailler un peu comme on veut, etc… mais c’est aussi certaines contraintes à prendre en compte.
1. Charges administratives. On l’oublies trop souvent mais qui dit freelance dit aussi paperasseries administratives, rien non plus de monstrueux mais il est clair qu’en France on aime bien les formulaires, les différentes caisses auxquelles on doit cotiser, etc. Donc c’est peut être pas grand chose, mais cela prend du temps
2. Comptabilité. Bon soyons clair, c’est pas mon truc… le mieux est d’avoir suffisamment de rentrées d’argent pour prendre un expert comptable de temps en temps pour qu’il clarifie un peu vos chiffres, sinon pas non plus impossible mais prend du temps.
3. Commercial. Ben ouais ça semble évident mais qui dit indépendant dit aussi devoir aller chercher du business, donc mailer, appeler, aller en rendez-vous, faire jouer son réseau de connaissance, etc. Pas une tâche qui me déplaît forcément, mais grande consommatrice de temps et pas toujours profitable.
4. Sociabilisation. Tous les travailleurs indépendants le savent, un des dangers de travailler en freelance c’est l’isolement. Travailler seul ou à la maison pendant des mois, sans trop de contacts peut devenir pesant. Perso je me fais pas de bile, j’arriverais toujours à trouver des prétextes pour aller à des trucs de geek à droite à gauche ou rencontrer des gens autour d’une bière.

En conclusion, projet encore à creuser… des avantages, des inconvénients… on verra



Laissez un commentaire