TravailleursDuWeb se BLACK OUT contre HADOPI

Ma première expérience d’e-commerce…

Publié le 19 May 2009, par Babozor dans la catégorie Gestion de projet, Marketing, CRM, etc..., Organisation, méthodo...

Voilà maintenant quelques semaines j’ai un peu innové dans mes élucubrations en proposant à ceux qui le voudraient un des merveilleux patch brodé collector LaGrotteDuBarbu, limité à 100 exemplaires numérotés… sans le savoir (ou plutôt sans vraiment m’en apercevoir) je suis passé de l’autre côté de la barrière du e-commerce.

e-commerce1.jpg
Pourquoi?
Pour me faire des ronds, devenir millionnaire et pouvoir aller acheter ma baguette en hummer… bon cette partie c’est raté. Non en fait, je sais pas trop, j’ai toujours adoré les patchs, les stickers donc je me suis dit que de montrer, de revendiquer sa barbitude via un badge rigolo et cool ça pourrait le faire (ouais des fois je fais des trucs sans vraiment y penser je sais).
C’était aussi l’occasion de pouvoir faire l’expérience en vrai de ce que cela veut dire être un (pseudo à mon niveau) e-commerçant.

Chercher le bon fournisseur
C’est sans doute ce qui m’a pris le moins de temps, puisque je suis tout simplement aller googler les différents sites et entreprises qui permettaient de faire fabriquer des patchs brodés… j’en ai visité quelques uns, tenté de juger (maladroitement) leur sérieux, les prix, les conditions de vente, de livraison, de paiement (ouais se servir du e-commerce pour faire du e-commerce, étrange).
J’ai pas trop cherché puisque je suis tombé sur e-cusson.com une entreprise belge, qui m’a super rapidement envoyé un devis, m’a envoyé des accès pour leur middle office… j’ai donc passé ma commande et ai patiemment attendu. (btw, je vous le recommande, super sérieux, patchs de super bonne qualité, envoi rapide, les gens sont réactifs aux emails et au téléphone…)

Trouver le bon prix
Venait ensuite la deuxième étape: trouver le prix auquel j’allais pouvoir vendre ces fameux patchs collector. Il fallait compter le coût de fabrication, les frais de postage, les frais liés aux enveloppe et au papier cartonné sur lesquels ils étaient fixés… mon objectif là encore n’étais pas le pur profit (et c’est bien dommage) mais de pouvoir faire une opération blanche, c’est à dire pas de profit, mais surtout pas de perte. J’ai un peu tout retourné dans tous les sens et j’ai décidé de fixer le prix unitaire à 3€ (et 4 pour le prix de 5, sur les bons conseils de Fadi et Karl), avec un tarif unique de shipping de 1,20€.
Voilà mon plus ou moins raisonnable calcul:
Pour le patch
– fabrication du patch: 1,60€ / pièce
– support patch: environ 0,20€ / pièce
– scotch double face: environ 0,10€ / pièce (là c’est estimation à la louche pour faire style que j’ai pensé à tout)
Donc un total de 1,90€ sur les 3€ facturés
Pour le shipping:
– enveloppe: 0,10€ / pièce
– timbre: 0,60€ / pièce (c’est une moyenne, je voulais pas me faire chier avec des tarifs différents)
Donc un total de 0,70€ pour les frais de shipping

Pour résumer, frais de shipping inclus (pour une commande de 1 patch): payé (sans les frais de la plateforme) 4,20€ et m’a coûté 2,60€ (plus ou moins), donc plus ou moins bénef de 1,60€ par patch vendu.

e-commerce2.jpg

Trouver la bonne solution de paiement
La aussi no-brainer, puisque je n’ai pas des volumes de oufs, les sommes en jeu sont négligeables (ou presque par rapport à certains e-commerçants, en tout cas)… et je ne veux pas me prendre la tête avec un système de paiement compliqué. J’ai donc choisi paypal, puisqu’il permet deux modes de paiement:
– un mode de paiement standard via CB pour les utilisateurs non-enregistrés
– un mode de paiement différents pour les utilisateurs enregistrés, avec débit de leur crédit PayPal éventuel, ou ponction sur compte bancaire / CB
Un seul endroit pour moi c’est plus simple, je reçois les notifications de paiement, pas besoin de gérer un panier ou quoi que ce soit, idéal pour une expérience ponctuelle comme celle-ci.
La solution de paiement est super simple à mettre en place, on remplit correctement un formulaire, le système nous génère un bouton, on le colle dans la page et hop c’est parti.
Seul bémol à ce joli tableau: les frais pris pour chaque transaction…
Pour un paiement de 4,20€ paypal prend une commission de 0,39€ (donc je touche plus que 3,81€ ce qui rogne mon pseudo-bénéfice à 1,21€ par patch vendu), pour le pack de 5 patch une commission de 0,70€ (sur un total de 13,20€)

Logistique, encore et toujours
Avec le prix fixé, venait donc le moment de s’occuper de la logistique: aller photocopier sur papier carton le support du patch, les numéroter, coller avec du scotch double face la patch à son support… travail un peu débilifiant, répétitif mais globalement rigolo (puisque fini dans le temps et surtout parceque je le fais pas tous les jours). Restait plus qu’a patiemment attendre les commandes.
A chaque fois que je recevais une commande, outre la joie que quelqu’un donne de l’argent pour recevoir ma vilaine face brodée sur un bout de tissu, j’avais un objectif simple: que le coli (enfin l’enveloppe) parte le plus vite possible. Je mutualisais les envois avant midi et hop direction la poste… et là j’ai compris la souffrance de mes amis e-commerçant indépendants… un calvaire. J’ai très vite compris ma douleur et je suis passé en mode carnet de timbre, bien plus rapide.
Il n’empêche c’est sans doute l’étape qui prend le plus de temps, écrire le nom sur l’enveloppe, mettre les trucs dans l’enveloppe, s’assurer que rien ne manque… mettre quelques stickers TDW et TDWCamp dans l’enveloppe pour le fun (et pour les remercier de les avoir acheter), aller les poster, etc…
Bref pour résumer, le maillon faible de l’e-commerce côté marchand c’est sans aucun doute la logistique.

Quoi mettre en place si je devais passer au niveau supérieur
Je suis un ultra petit joueur, avec mes pauvres 100 stickers (il reste même pas une vingtaine… donc pour ceux qui les ont pas… bref!), mais imaginons que j’en vendais des milliers, dans le monde entier, avec plus de 80 références, quels outils est-ce que je mettrais en place?
– outil de suivi de la commande: pour moi la commande était simplissime: une enveloppe, un patch, envoyé en général dans la journée… mais pour certains cas, ça peut se compliquer, donc besoin de tracker la commande, sa préparation, son packaging, sa livraison au service de distribution, etc. et pouvoir en informer le client
– outil de CRM: super important pour savoir qui a commandé quoi, quand et pouvoir éventuellement tenter de lui refourguer d’autres trucs qui pourraient lui plaire… moi j’ai rien d’autre (pour l’instant) à tenter de vendre
– gestion des stocks: moi rien de compliqué des patchs qui en plus sont numérotés (même si certaines fois ça se compliquais avec des demandes précises de numéros spécifiques) mais pas de gestion de stocks réels. Prenez un cas concret de vrai magasin et c’est indispensable, ne serais ce que pour ne pas vendre un truc qui n’es plus en stock.
– feedback des clients: ultra important, moi j’ai eut quelques emails/tweet de retour, mais pour un plus gros magasin c’est important de savoir ce que pensent les gens, ce qui ne va pas, ce qui pourrait être amélioré…

Au final?
Une expérience rigolote et qui m’a permit de m’apercevoir du boulot de dingue que c’est de tenir une boutique de e-commerce (maximum respect à des gens comme Mathilde de Bagatelles… vraiment chapeau, c’est vachement de boulot et en plus elle trouve le temps de bloguer…)
Pas sûr de renouveler l’expérience, ou alors de façon super ponctuelle (je dis pas pour un siouper tshirt TDW, pas sûr encore)…
Et vous des expérience de e-commerce côté commerçant à partager?



Laissez un commentaire