Archive pour December 2011

L’expérience concluante de Louis CK

Publié le 25 December 2011, par Babozor

Voilà une bonne nouvelle en cette période de fête… Louis CK (pour ceux qui ne le connaissent pas, un humoriste de standup américain qui a créé deux séries aux USA, très connu et comme il se définit lui même un “trou du cul professionnel”) l’a annoncé il y a de cela quelques jours, après avoir proposé son dernier spectacle auo-produit (filmé et monté à ses frais) en téléchargement au prix unique de 5 dollars, il vient tout juste de dépasser le million de dollar de recette.
Il suit l’exemple de Trent Reznor ou de Cory Doctorow dans ce type d’expérience qui ont pour but de tenter de mieux redistribuer les recettes par rapport aux artistes et collaborateurs…

LouisCK

Voici donc quelques extraits de ce qu’il dit (et ma traduction approximative):

Hello, ça fais à peu près 12 jours que le “machin” a démarré et hier nous avons atteint le chiffre fou. Un million de dollars. C’est beaucoup d’argent. Beaucoup trop. Je ne me suis jamais retrouvé avec un million de dollars tout d’un coup. Comme nous partageons tous cette expérience et puisque c’est votre argent, je voulais vous faire savoir ce que je vais en faire. Certains sont attentifs à ce qui se passe avec ce “machin”, donc je penses qu’il est juste que je donnes l’exemple de ce que vous pouvez faire avec un million de dollars que des gens vous donnent, parceque vous racontez des blagues.

Donc je vais partager le million en quatre parts égales.

Les premier 250k va servir à rembourser les coûts de production et de fabrication du site web.

La deuxième part va aller au staff et aux gens qui travaillent pour moi sur ce spectacle et sur la série. Je vais leur filer un bon gros bonus.

La troisième part de 280k va aller à différentes oeuvres caritatives. Elles sont listées ci-dessous au cas où vous voudriez leur donner aussi. Certaines je les ai connu via des amis, certaines m’ont été recommandées via twitter

The Fistula Foundation
The Pablove Foundation
charity: water
Kiva
Green Chimneys

Cela me laisse 220k pour moi. Une partie va payer mon loyer ou les frais pour mes gamins. Le reste va aller à des trucs affreux et horrible qui ne vous regardent pas. Dans tous les, pour moi, 220k sur un million est pus que suffisant

Je n’ai jamais vu l’argent comme étant “mon argent”, je l’ai toujours vu comme étant “l’Argent” comme une ressource. Si il en a qui va dans ma direction, il est normal de le remettre en circulation.

Le “machin” est toujours en vente. J’espère que les gens vont continuer de l’acheter. Si cela fait un autre million, j’en refilerais encore plus, je vous tiendrais au courant que cela arrivera, parceque j’aime vous tenir au courant de ce que je fais avec vos 5 dollars et blablabla.

Bon, faut que j’y ailles maintenant, encore merci. Je vais arrêter de vous emmerder, j’aime pas trop être dans la lumière des projecteurs donc je vais disparaitre pendant quelque temps.

Bonne vacances.
Louis C.K.

ça date du 21 décembre et c’est disponible ici

Comme les expériences précédentes (celles de Trent Reznor ou de Cory Doctorow pour ne citer qu’elles), cela démontre une fois de plus que talent, production indépendante et transparence permettent à des artistes plusieurs choses:
– se passer des réseaux “traditionnels” de distribution
– quand on offre un produit de qualité à un prix raisonnable, cela se vend
– quand on offre des fichiers de qualité (ici dispo en version SD et HD au format MP4 donc lisible sur la plupart des terminaux disponibles, la qualité vidéo et audio est au rendez-vous même pour ce prix) et sans DRM cela se vend
– de redistribuer l’argent comme il le veulent, pas de contrat contraignant, c’est leurs tunes ils en font ce qu’ils en veulent… et souvent la redistribution, quand ils en ont la possibilité, est juste et souvent bien vue (avec en priorité les collaborateurs, les gens qui ont aidé au développement, etc.)

Certes certains diront que cela marche car Louis CK est déjà connu (comme Trent Reznor ou Cory Doctorow d’ailleurs) et que cette démarche (d’auto-produire son spectacle et y investir une somme non négligeable) est quasiment impossible pour un artiste inconnu… et je serais plus ou moins d’accord. Il n’empêche cela continue d’ouvrir la brèche pour les productions indépendantes et permet de montrer du doigt les majors, qui font payer un prix outrageusement élevé les oeuvres vendues, avec une qualité de production souvent bien en dessous, avec des supports bourrés de DRM et un système de répartition des profits profondément injuste.

Moi j’ai acheté le spectacle de Louis CK, j’ai payé mes 5 dollars et je ne l’ai pas regretté, il est drôle (moi en tout cas ses blagues ça me fais rire) le fichier est de bonne qualité, j’ai passé un bon moment, valant largement les 5 dollars et je sais ce qu’il en a fait, donc aucun problème.

Et vous vous en pensez quoi de ce genre d’expériences?

Guide à destination de nos amis graphistes… vu par un développeur

Publié le 19 December 2011, par Babozor

Oui ami graphiste, tu es beau svelte et musclé, tu manie la tablette graphique comme personne et tout ta famille te surnommes “photoshop”… mais voilà, parfois quand tu nous transmets tes jolis PSD et ben ça va pas.
Voici donc un petit guide pour calmer la guerre Dev VS Graphiste et te permettre de connaître les attentes des devs, les trucs qui vraiment nous énervent ou juste nous font perdre un temps infini.

Vilain psd

Design Général
Tu es plein de bonnes idées et c’est tout à ton honneur, mais autant cela semble un concept original et novateur, autant à mettre en place c’est juste un cauchemard…

Pleins de typos pas système
Oui certes cette police rend très bien sur tous les titres de tes créas, cette variante de “stencil” lui donne un air très martial, mais tu dois aussi prendre en compte que ce n’est pas un police système, donc il faudra soit créer physiquement les images et les inclure dans le site web, ou alors tenter de faire monter cette police de caractères dans les navigateurs nouvelle génération. Dans les deux cas une galère qui pourrait sans doute être évitée avec un peu de créativité et sans tomber dans la facilité d’une police bien funky mais qui n’est pas un standard

Des designs ronds
Peu importe la spécialité, si quelqu’un a déjà monté une page web, il te dira que la pire des chienlit est de tenter de monter un design bourré de courbes et de ronds. C’est certes esthétiquement très plaisant, mais vraiment galère à mettre en place. Si vraiment c’est “indispensable” penses à le rendre un minimum flexible, en le collant plus ou moins en image de fond, ou un truc du genre (ou même tentes simplement de laisser tomber cette idée lamantable)

Des câlages bizarres
Le langage utilisé sur le web est interprété, c’est à dire que le moteur de rendu le lit ligne après ligne et le rend au fur et à mesure. Cela rend le câlage de certains éléments dynamiques en hauteur pour le moins compliqué. Penses donc soit à limiter ou à fixer la taille en hauteur, soit à en discuter directement avec un dev si tu a un doute sur la faisabilité de ton design.

Ne pas penser et designer dans le sens inverse
C’est plus ou moins le même thème, mais par exemple faire un slider en jquery de haut en bas nécessite 2 includes et un appel… ultra simple. Tenter de faire ce même slider de bas en haut complique beaucoup les choses… donc penses-y au moment où tu design l’espace et les mouvements.

Les images en fond d’écran “fullsize”
C’est certes très joli (je connais quelques exemples qui rendent super bien) mais cela pose pleins de problématiques qui parfois peuvent emmener des tas d’emmerdes, en fonction de la taille du navigateur, de la hauteur du contenu, etc… et passer d’un dev trivial à un dev chaud avec plein de code javascript bizarre qui risque de ralentir de façon considérable le projet

Mettre le design dans son contexte
C’est très souvent oublié par beaucoup de graphistes, on nous rend un projet, une page, mais qui n’est pas remis dans son contexte. Quand le navigateur est très grand (1600 pixels de large par exemple) comment viens se câler le design de 990 pixels de large? Centré, câlé à gauche, à droite? Avec une marge sur le côté, en haut? Pensez-y…

Les PSD
Tel un gros orc bourrin ton arme favorite est le PSD de 40 Mo, voici donc quelques tips pour ne pas te faire haïr par les devs avec qui tu risque de travailler

Anti aliasing

un PSD fourre-tout
On y trouve tout et surtout n’importe quoi, des calques non utilisés ou vides, qui ont tendance à nous embrouiller lors des tentatives de découpage et d’export… j’ai déjà vu plusieurs version de design sur le même PSD, bref un galère pour savoir quoi garder et quoi mettre à la poubelle

les calques pas nommés ou avec des nommages inutiles
Je pense qu’on a tous vécu ça, un PSD de 30 Mo, avec 200 calques, aucun groupe et surtout des claques qui s’appellent de façon très originale “calque 1″, “calque 2″, etc.. Allez retrouver le bon morceau du design à exporter avec ça.
Comme pour les dev qui mettent des variables “prout” dans leur code, le mieux (même pour toi ami graphiste) pour s’y retrouver est encore de tenter de nommer les calques de façon correcte et compréhensible par tous.

des groupes de groupes de groupes, de groupes…
Grouper les calques c’est bien, en faire trop, ça ne sert pas à grand chose et cela à même tendance à compliquer le tout. Si un groupe a un seul calque, ce n’est plus un groupe (puisque la définition d’un groupe c’est que y’a plusieurs éléments à l’intérieur), donc tentez là aussi de grouper les calques sous un même thématique. Pas besoin de grouper comme des psychopathes, si les calques sont bien nommés ils parleront d’eux même.

Le web c’est 72 dpi pas 300
je sais que ça peut paraître bizarre, mais il m’arrive encore de temps en temps de recevoir des fichiers conçus en centimètres ou en pouces avec un définition print pour un montage web. Cela peut paraître anodin et vous allez me dire “Oh arrêtes de faire ta chochote t’a juste à le redimensionner”… certes, mais toutes les tailles des typos, les espacements, etc… s’en trouvent chamboulés, et puis c’est le travail du graphiste de nous remettre un fichier exploitable.

Penser à l’antialiasing
Le Gaming OldSchool j’adore ça, j’aime aussi beaucoup l’art 8bit, mais sorti de son contexte c’est moyen. Faites donc attention à l’antialiasing, sinon toutes vos polices, dégradés, ombres ou courbes risquent de rendre super moche, voir juste inexploitables.

Fournir les polices manquantes (ou pas système)
Si vous utilisez des polices non systèmes (qui ne sont pas inclus dans les principalement plateformes) ou exotiques, vous avez deux choix: rasteriser toutes les polices (si les textes ne changent pas) ou nous fournir des fichiers exploitables pour pouvoir utiliser correctement vos PSD. Si ce n’est pas le cas, vous courrez le risque de voir vos polices substituées par des polices système et donc votre design être dégradé.

Penser au découpage et à l’export
Vous savez utiliser des fonctions super funky de masquage de calque sur Photoshop c’est très bien, mais moi je sais pas l’utiliser, et ce que j’ai besoin c’est de pouvoir exporter votre travail en optimisant le temps passé dessus. Pensez donc qu’il peut y avoir deux versions de votre fichier: celui sur lequel vous travaillez (avec vos masques et tous vos trucs bizarres de graphistes) et la version pour export, plus simple et beaucoup plus basique.

Non mon but n’est pas ici de relancer la sacro-sainte guéguerre Dev contre Graphiste, mais justement de donner des clefs aux uns et aux autres pour comprendre pourquoi les graphistes râlent sur les Dev qui eux même râlent sur les Graphistes (et les Chefs de projet, les marketteux et globalement tout le monde)

Quelques conseils pour finir:
– n’hésitez pas à poser des questions à votre dev préféré: il n’y a aucune honte à poser des questions, aucune question n’est idiote, surtout si ça vous fait économiser du temps (ainsi qu’au dev) donc n’hésitez pas. Est ce que c’est faisable, chiant à monter, est ce que tu es capable de le faire, est ce que ça va pas nous mettre hors-budget? Just ask (damn it!)
– nettoyez vos PSD: rien n’est plus insupportable pour un dev que de devoir passer une demi journée à nettoyer le PSD qu’un graphiste viens de lui remettre (c’est d’autant plus désagréable quand il s’aperçoit que ce n’est pas la version finalisée du projet). L’état de votre PSD est très caractéristique de l’estime que vous avez de lui… faites un peu le ménage et il vous en sera très reconnaissant.
– demandez ce que le dev a besoin: sans tomber non plus dans l’exagération, vous pouvez échanger un peu sur les préférences sur le nommage des calques ou les éléments à exporter, cela facilitera la vie à tout le monde.

Voilà j’espère que nos joyeux amis graphistes ne se seront pas offusqués, et je suis sûr que pleins de dev ont des histoires de psd horribles à raconter, donc je vous laisses les commentaires pour le faire.

Le web en 512kb… retour à la préhistoire du Web

Publié le 16 December 2011, par Babozor

512ko
(photo honteusement piquée ici et bidouillée comme un gros vilain…)

[Comme le fais si justement remarquer “nado” c’est KiloByte et non KiloOctets… et encore c’est du 512 théorique, je dépasses rarement les 60ko/sec en traffic descendant et le 10 en traffic remontant… donc je rectifie les ko en kb]

Ceux qui me suivent un temps soit peu sur les différents réseaux sociaux et sur LaGrotteDuBarbu le savent, depuis Septembre j’ai quitté Paris pour rejoindre la magnifique région du Centre, plus particulièrement le département de l’Indre et pour être encore plus précis Néons Sur Creuse (398 habitants et plus précisément encore dans un hameau d’une dizaine de foyers appelé “Champagne”, ça ne s’invente pas). Région magnifique, bouffe géniale et web calamiteux (en tout cas où j’habites) mais après avoir vécu la fibre à Paris, qu’est ce que ça veut dire revenir à 512kb?

512kb et pas mieux
Malgré des appels répétés aux différentes instances, pris la tête aux gens de France Telecom et d’Orange, je dois me contenter d’une ligne à 512kb… il existe certes d’autres solution, comme le satellite, mais qui a clairement ses limites (vous avez des plafonds de bande passante qui se réduisent au fur et à mesure et le traffic remontant passe par la ligne téléphonique). Pas d’installation de câble ou de fibre dans un futur proche pour notre petite bourgade, on va devoir s’arranger avec du 512kb

Des sites web lents
La première chose qui choque c’est le lenteur de certains sites web… la page en elle même est lourde et mets un temps infini à charger, on sent physiquement les différents modules qui viennent alourdir encore un peu plus le chargement de la page, tous ces javascripts, ces appels de librairies externes, ces services sociaux (widgets facebook, bouton twitter, commentaires venant de Google+, etc…). Je ne me lancerais pas dans une diatribe envers ceux qui n’optimisent pas ou peu leurs images, puisqu’il m’a fallut faire 350 km et revenir à la préhistoire du web pour voir à quel point optimiser ses images est important.

Patience, patience et encore patience
C’en est presque un jeu psychologique, vais-je avoir le patience d’attendre que l’image du header qui fait plusieurs mégas daigne se charger? Ai-je vraiment besoin de checker cette syntaxe de fonction que je connais pourtant par coeur (ou ne serait-il pas temps que je m’achètes un de ces lourds bouquins si pratiques pour caler les pieds de table)?

Savoir choisir son activité, pas de multi-tasking réseau
Autant avec un très haut débit, la question ne se pose, ici vous allez devoir faire un choix:
– checker votre email
– regarder tel ou tel site web
– torrentifier le dernier épisode de “Beavis and Buthead”
– choper le dernier épisode de l’apéro du CaptainWeb
– faire une mise à jour de certains de vos softs
– traîner sur votre lecteur de flux RSS (qui pré-charge une partie des flux et des images) préféré
– travailler
– tenter de skyper la famille…
Choisissez bien parceque si par exemple vous remettez à jour votre version de MarsEdit, qui pèse quelques dizaines de méga, action indolore il y a encore quelques mois, cela risque bien de vous prendre quelques dizaines de minutes en 512 kb et vous empêchera tout autre activité réseau… et oui pendant que vous mettez votre soft à jour, votre mailer mettra plusieurs minutes ne serait-ce qu’à s’afficher, Argh!

Pleins de services inutilisables
Enormément de services qui j’utilisais ou que j’aimerais utiliser sont désormais plus ou moins hors d’usage.
Quelques exemples:
– Evernote: un très bon soft de stockage d’infos, de photo, tagable, etc… j’ai plus ou moins toute ma vie sur Evernote, qui se synchronise entre mes différents ordinateurs, mon téléphone, etc… Tenter d’uploader des documents scannés tel quel est impossible, un fichier de 20 Mo doit mettre 20 minutes à uploader ce qui rend le soft tout simplement inutilisable (sans parler du blocage du reste de la bande passante)
– streaming en général: que ce soit spotify (même si je l’utilises quasimment jamais) mais aussi Youtube, se sont des activités presque à bannir totalement, même en réglant la vidéo à sa qualité la plus pourrie (240p) pour regarder une vidéo d’une minute, il vous faudra au moins patienter 5 minutes avant de pouvoir la lancer sans coupure intempestive.
Oubliez donc toutes les activités tel que stockage sur “le cloud” et autres services web gourmands en bande passante, au mieux cela encombrera votre ligne, au pire cela ne marchera juste pas.

Une distribution géographique du web profondément inégalitaire
L’histoire est singulière puisqu’on ne se trouve pas dans le désert, il y a des villes et des villages un peu partout, ma fille va à l’école à La Roche Posay à une dizaine de kilomètres de chez nous et ils ont un web très correcte… mais nous sommes au confluent de trois département: la vienne, l’indre et l’indre et loire. Yzeures sur Creuse et à quelques kilomètres et possède un DSLAM qui pourrait nous garantir une bande passante plus que correcte, mais cette ville est administrativement dans l’Indre et Loire, donc impossible de s’y raccorder.
Cela montre l’absurdité de la situation, un système de distribution télécom et web encore empêtré dans des questions administratives.

C’est pas la joie mais on survie
Bon, depuis tout à l’heure, je pleures, je me lamantes, mais tout n’est pas si triste. J’arrive à travailler (et c’est bien là le principal), à regarder mes flux RSS (lentement) et j’arrive même à torrentifier mes séries préférées (qui tournent pour certains une grosse partie de la nuit). Ce n’est certes pas pratique, mais on survit, cela complique un peu certaines choses, mais je n’échangerais pas mon bout de campagne avec son web pourri contre un apart parisien et sa fibre fulgurante.

Et vous, les gentils TravailleursDuWeb campagnards vous gallérez autant que moi? Je veux entendre vos histoires de web ultra pourri dans les commentaires pour me soutenir psychologiquement ^^