Archive pour la catégorie ‘Lexique’

Le portail des métiers de l’internet: très approximatif!

Publié le 2 July 2008, par Babozor

gouv.jpg

Damien m’a soufflé cette lecture: Le portail des métiers de l’Internet (version BETA)

C’est quoi ce site?
Apparemment (et si j’ai tout compris) c’est une initiative de la Délégation Internet qui a pour but de généraliser l’accès au web pour le plus grand nombre et dans ce cas précis, de familiariser le public avec les métiers liés au web (noble cause me direz-vous!). Le site comporte aussi un annuaire pour les entreprises / institutions et les différents formations disponibles.

Alors les métiers?
Je ne sais pas qui a fait cette liste de métiers, mais personnellement j’aurais deux mots à lui dire… et en lisant attentivement les descriptions on s’aperçoit très vite que ce n’est clairement pas quelqu’un du métier (ou alors il y a de cela quelques années). Exemple:
Quelle différence entre un architecte technique, un consultant technique et un Responsable études informatique?
Certes des différences, mais minimes… et dans les faits c’est souvent la même personne.
Idem pour le titre farfelu de “Journaliste OnLine”… on est journaliste, que ce soit en ligne ou pas…
J’ai comme un doute aussi sur le Veilleur technologique, jamais rencontré jusqu’à présent… mais pourquoi pas
Et pour finir juste un certain flou artistique entre des métiers proches et des définitions incertaines.

Alors?
Même si l’initiative est louable, trois remarques:
– les définitions des jobs sont approximatives: noms un peu farfelus, métiers marginaux sur représentés, doublons dans les définitions, définitions floues et peu précises… il serait temps qu’ils demandent à des vrais Travailleurs du Web quel est leur métier (au lieu de payer à prix d’or un consultant inculte de le faire)
– aucune explication du processus de production d’un site web: les métiers c’est bien, mais aucune explication sur le processus au combien important de création d’un site web, des différents métiers que cela engage, des spécificités, etc…
– une participation peu convaincante: certes vous pouvez enregistrer votre centre de formation ou entreprise dans l’annuaire mais c’est tout… ah non, vous pouvez effectivement laisser un commentaire sur un pseudo forum, mais étonnement aucun commentaire jusqu’à présent. Où est donc la participation de la communauté.

Au final, un site approximatif et fermé, on attends plus et mieux…

Les managers à la française

Publié le 17 June 2008, par Babozor

corpo_zombie.jpg
[Photo mortelle… honteusement volée ici]

Sujet hautement casse gueule, mais je me lance…
De par ma longue expérience, j’ai pu tester bon nombre de managers aussi bien français qu’étrangers et autant le dire tout de suite la comparaison pour nos frères managers français n’est pas très flatteuse.

C’est quoi un manager?
Tout d’abord ami Chef de projet, rassure toi, tu n’est pas un manager… un cadre certes, mais pas un manager. Ton chef par contre lui est censé être un manager.
Etre manager veut dire plusieurs choses:
– encadrement: savoir gérer son équipe, recruter, garder, motiver, virer au besoin, bref faire tourner l’effectif de son entreprise ou de son service.
– gestion financière: les rentrées (que ce soit directement le CA ou les budgets qu’il va demander ou quémander au groupe) et sorties d’argent (matériel, licences, recrutement, augmentation, etc…)
– vision: savoir où doit aller son service, où il a envie de l’emmener.
Beaucoup de travail donc pour un seul homme, le but étant bien sûr que le manager donne la ligne directrice et il doit se faire aider pour certaines tâches.

Pourquoi (souvent) ça ne marche pas?
Un bon manager est donc un mix entre plusieurs choses parfois antinomiques. On peut avoir une vision et aucun sens de gestion financière, ou encore être un très bon gestionnaire, mais n’avoir qu’un contact déplorable avec ses employés. Le rôle du manager est important puisque c’est lui qui est censé guider le bateau (surtout dans la tourmente), il doit être celui qui donne le chemin à suivre et qui nous/vous donne les moyens de le suivre.

Plusieurs problèmes:
trop proche/trop lointain: c’est toujours un dosage fin et tenu où il faut trouver sa place avec le reste de la troupe. Le manager doit être présent, mais pas trop, c’est lui qui fait le pont entre la direction et le reste, il doit être suffisamment proche, sans l’être trop.
pas de politique: être un manager cela nécessite (surtout dans les grands groupes) de savoir faire de la politique ou presque de la diplomatie, surtout en période d’allocation de budget. Aller flatter paul, promettre à jacques en crachant sur le dos de pierre…
à l’ouest: parachuté pour diriger une équipe web, alors qu’il travaillait dans le print c’est possible mais compliqué, puisque la personne ne connaît pas les contraintes inhérentes au métier, notamment les coûts humains ou le matériel nécessaire.

Quid du manager frenchy?
Je dois dire que ma perception des managers français est assez décevante, quand on contraire mes rares expériences en particulier avec des managers anglo-saxons ont plutôt été réussis. La grande question: pourquoi? (et je sais je vais simplifier/shématiser c’est vilain et certes d’une structure à l’autre et d’une personne à l’autre rien à voir… j’en suis pleinement conscient)
Culturellement, je pense que le rôle des managers n’est pas perçu de la même façon. Pour les français c’est une fin en soit, on a eut le grand bureau, les cartes de visites et la carte bleue de la société, c’est bon on va pouvoir en profiter un peu après tant d’efforts… et ils se relâchent et font n’importe quoi (et puis ils sont vachement plus difficilement virable).
La plupart des managers anglo-saxons ont un (gros) intéressement sur le CA ou le cours de l’entreprise, c’est donc leur intérêt de faire du bon business, d’essayer de faire que tout le monde travaille bien, etc…

Nouvelle génération?
Malgré cela et mon constat complètement arbitraire, je vois progresser une nouvelle génération de managers français (j’en ai pas beaucoup rencontré, mais quand même quelques uns) qui sont moins rétrogrades, qui pensent que payer du matériel correcte ne profite pas l’employé mais surtout l’entreprise, qui n’hésitent pas à se mouiller pour certains projets, etc… une évolution dans le bon sens, ou un changement culturel.

Manager c’est un travail difficile… mais souvent je fais la comparaison entre leurs tâches (théoriques) et leurs salaires… avec ce gros salaire, ils devraient être capable de pouvoir faire ceci ou cela, mais plus que ça la plupart du temps ils sont un obstacle de plus, alors que leur rôle est d’aider les salariés à effectuer leur travail le mieux possible.

Et vous c’est quoi votre expérience avec vos managers?

Google Code: DocType

Publié le 16 May 2008, par Babozor

google_doctype.jpg

Voilà une ressource qui devrait tous nous réjouir. Souvent pour trouver une définition (que ce soit pour de l’HTML du CSS ou même du DOM) on doit naviguer sur plusieurs sites, croiser ses sources, etc…
Google à mis en ligne il y a quelques jours une ressource intéressante: DocType, la documentation complète DOM / HTML et CSS
La documentation est très complète et ajoute aussi quelques articles fort intéressants sur les bonnes pratiques du HTML, des trucs et astuces, etc…

Une future bible pour les TravailleursDuWeb?

Jour/Homme versus Jour.Homme ?

Publié le 15 May 2008, par Babozor

schedule.jpg

Voilà une question existentielle intéressante, envoyée par Olivier:

“Je me pose la question depuis des années sur l’écriture de l’unité de mesure ‘jour/homme’
Pour moi, il faut écrire jour.homme puisqu’on est dans une unité de mesure d’énergie. On multiplie une puissance (un homme) par du temps (un jour)
Comme l’énergie dans une facture EDF qui s’exprime en kWh.
Ce qui est facturé, c’est l’énergie consommée. Peu importe que ca soit 1 W pendant 1000 heures ou 1kW pendant 1 heure, ou 1 homme pendant 20 jours ou 4 hommes pendant 5 jours.
Il y a d’ailleurs sur la puissance et l’énergie des incompréhensions terribles, y compris chez les professionnels, qui mélange allégrement les 2 concepts.
On voit d’ailleurs parfois la meme ecriture de kw/h qui est un non sens physique.
Est-ce l’abus de langage de tous les chefs de projet du monde qui écrivent cette unité en divisant des jours par des hommes (ce qui n’a aucun sens) ?
Ou est-ce qu’une subtilité m’échappe ?”

Aucune idée… l’argumentaire d’Olivier m’a l’air solide, mais moi je voyais ça plutôt comme un notion de jours pour une seule personne à répartir ensuite par rapport à la taille/capacité de son équipe.

Et vous, vous en pensez quoi, quelle syntaxe est-on censé utiliser?

Geek / Nerd / NoLife

Publié le 23 December 2007, par Babozor

revenge_nerds.jpg

On cite souvent ces termes dans notre domaine (à tort ou à raison), sans vraiment savoir ce que cela veut dire… petite définition.

Geek
Le moteur c’est la passion, poussé à son extrême. Cela peut être l’informatique, le web, le cinéma gore, les sciences, les jeux vidéos, etc… Tous les geeks vivent leurs passions à 300% et ont une tendance à y consacrer un temps plus important que la population normale. On peut considérer Quentin Tarentino, Mr Poulpe ou Hubert Reeves comme des pure geeks dans leurs domaines.

_ Nerd
Souvent un sous ensemble du geek, mais le principal dénominateur est souvent l’inadaptation sociale. Autant les geeks se rassemblent et se mêlent au reste de la population, autant les nerds restent entre eux (si ils sortent de leur cave). Par exetension, quand on dit Nerd on veut souvent dire Computer Nerd (c’est quasiment un synonyme aujourd’hui). On peut considérer Bill Gates comme le prototype ultime du Nerd qui a réussi.

NoLife
C’est une nouvelle définition qui fait son chemin et qui désigne tout simplement les gens qui n’ont pas de vie. Certains Nerds peuvent être des NoLife (ce qui veut dire qu’ils restent dans leur cave et n’ont pas de vie sociale), mais avec l’émergence du web et des réseaux sociaux, on a pas besoin d’être passionné ou informaticien pour être un NoLife.
Prenons comme exemple, le célèbre Clément, un pur exemple de NoLife.

Un petit shéma vaut toujours mieux qu’un long discours:
shema_geek.jpg

Et vous, vous êtes plutôt Geek, Nerd ou NoLife? Quelques anecdotes croustillantes (allez on dénonce!!!)