Archive pour la catégorie ‘Recrutement, DRH, etc…’

Premiers pas dans une entreprise, les points importants/dangereux pour bien démarrer

Publié le 2 March 2010, par Babozor

premiers pas

Des entreprises j’en ai fait quelques unes (quelques dizaines diront les mauvaises langues) et au fur et à mesure de mes divers expériences, j’ai commencé à avoir un sixième sens pour les situations qui poseront problème. Voici donc une liste de problèmes potentiels dès votre arrivée dans une nouvelle structure, ou des mauvaises surprises que vous risquez de découvrir une fois installés.

Les horaires flottants
Peu importe le type de structure, le but d’une entreprise est et sera toujours de tenter de vous faire travailler plus pour le même prix. Je ne suis pas un syndicaliste excité et j’admets que de temps en temps notre métier fait que nous devons dépasser un peu les horaires. Mais si la chose est systématique, soit il n’y a pas assez de monde pour faire le travail, soit les méthodes utilisées ne sont pas bonnes. Dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas à vous de palier à ces déficiences régulières.

Des promesses illusoires et non tenues
Cela m’est arrivé plusieurs fois d’accepter un travail sur la promesse d’une augmentation d’ici quelques mois, de participation à l’entreprise, etc. Pour être clair et un peu violent, ne croyez que ce qui a été marqué noir sur blanc sur votre contrat, car des fois même avec toute la bonne foi du monde, certains dirigeants se rétractent sur certaines de leurs promesses, donc acceptez un travail pour les conditions actuelles (celles qui sont dans votre contrat), pas celles fantasmées ou vendues pendant la négociation (vous vous éviterez de vilaines déconvenues).

Une négociation sur la paye tronquée
Une paye ça se négocie… tout le temps (même pour presque rien, c’est un principe). Si jamais on vous dit que c’est le tarif pour votre qualification et vos diplômes (et que ce tarif est en dessous de celui communément pratiqué) et que c’est ça ou rien, vous risquez de vous apercevoir quelques mois plus tard (en discutant avec des collègues) que ce fameux tarif inviolable l’a été plus d’une fois, donc ne vous fiez pas aux dires d’une pseudo grille de salaire. Si une entreprise vous veut comme collaborateur elle fera un effort, ou du moins tentera de négocier.

Matériel déficient
Souvent cela fait partie de ma négociation, je décide de la machine sur laquelle je vais travailler… et très souvent si vous ne clarifiez pas ce point, vous risquez de tomber sur la machine de grand mère qui prenait la poussière dans un placard et qui a été ressorti exprès pour vous. Plutôt que de dire “m’en fou du matos pourvu que ça marche”, appuyez sur le fait que un matériel pas à la hauteur c’est du temps de travail perdu pour vous, mais surtout pour l’entreprise, donc soyez un minimum précis sur vos attentes en terme de matériel.

Des conditions de travail difficiles
Attention à votre fatigue qu’elle soit occulaire ou physique… une bonne chaise (la convention collective définit une chaise avec 5 branches, roulettes, ajustable et hauteur et en profondeur, mais rien de plus… cf l’achat groupé de chaise Herman Mille via AbsoluteOffice) un bureau décent (même si c’est juste une planche et des tréteaux) et un matériel adéquat (un ordinateur, une connexion potable et des fournitures de bureau de base) à votre travail sont nécessaires. Sans jouer les prima dona, si vous estimez que le matériel n’est pas suffisant, exprimez-vous.

Un temps de transport mal évalué
Vous êtes allé à plusieurs entretiens dans cette entreprise certes un peu loin, mais avec une équipe et un projet passionnant… mais tous vos entretiens étaient en milieu de matinée ou d’après midi, jamais tôt le matin ou en fin d’après midi et vous n’avez pas pu évaluer le rush des heures de pointes, les 45 minutes debout dans le train écrasés avec les autres, ou les heures de bouchons pour sortir de l’autoroute. Mon conseil, testez à une heure “normale” votre méthode de transport vers votre futur travail, cela vous évitera bien des déconvenues (et du stress).

Une charge de travail non tenable
Vous remplacez ce mec qui est sur le point de partir… et donc vous allez récupérer son boulot, plus des projets qui trainent à droite à gauche. Et des bouts de projets qui trainent il peut y en avoir une tonne. Assurez vous que la charge de travail qui vous est imposée est normale, que la majorité de vos collègues ont la même… et surtout si c’est humainement faisable. Rappelez vous que le travail sur le web (comme n’importe quel travail d’ailleurs) c’est un marathon, pas un sprint (parceque sprinter sur 40 km…)

Des collègues irascibles
Vous les avez croisés pendant deux minutes au croisement d’un couloir et au cours d’une visite impromptue de votre futur lieu de travail. Ils vont on souri et c’est l’unique impression que vous avez eut. Et là c’est un peu la roulette russe, vous pouvez tomber sur des gens sympa ou sur des super cons… et malheureusement vous n’y pourrez par grand chose.

Jouer la jeanne d’arc
Voilà une situation des plus inconfortable: on vous a embauché avec le souhait non avoué de donner des grands coups de pieds dans la fourmilière, en gros vous allez être l’agent perturbateur et à moins de ne pas y faire très attention, vous risquez de finir comme Jeann: au bûcher.

Un environnement extérieur direct pas glop
Je sais que pour certains c’est un détail, mais détrompez vous, l’environnement extérieur direct, c’est à dire ce qu’il y a autour de votre entreprise a une incidence certaine sur votre qualité de travail. Si par exemple pour aller acheter une bouteille d’eau il vous faut traverser la merveilleuse zone industrielle et ensuite la voie de chemin de fer pour arriver à l’épicerie minable d’une petite ville de banlieue, cela n’a bien sur rien à voir avec un travail situé en centre ville près du métro et des commodités (comme ils disent). Annexe, mais important

Un espace de travail inadapté
On a pas vraiment prévu (ou alors ils ont oublié) votre arrivée et on vous place sur un coin de table ou dans le couloir (ne riez pas ça m’est déjà arrivé, juste à côté de la porte des toilettes pour être précis) et ici cette période ne peut bien sûr être que temporaire… mais attention au temporaire qui dure!

Des difficultés administratives
Assurez vous que les personnes qui gèrent toute la partie administrative (contrat, paye, etc.) aient bien tous les papiers nécessaires pour faire tous les papiers nécessaires, principalement vos coordonnées bancaires (ça paraît débile mais en fin de mois ça peut être utile).

Quelques points techniques mais importants:
1. un contrat de travail ça se pète… vous avez une période d’essai, vous pouvez rompre avant sa fin (en faisant attention aux nombres de jours de préavis que vous devez à l’entreprise) ou même demander à ce que cette période d’essai soit reconduite si vous n’êtes pas sûr (attention quand même en général les gens le prennent très mal, je l’ai fait une fois et l’employeur m’a lourdé une semaine après)
2. Même sans contrat de travail signé, si vous avez travaillé et d’autant plus si une fiche de paye a été émise, vous êtes en CDI suivant la convention que l’entreprise suit, c’est la loi, donc si vos employeurs ne vous font pas signer votre contrat dans les 30 secondes votre arrivée pas de panique (même si c’est important de savoir à quelle sauce vous allez être mangé)

Le cheveux au vent, la barbe fleurie, l’oeil qui tombe…

Publié le 25 September 2009, par Babozor

cheveux_barbe_oeil

Un peu plus de 4 mois chez Bloxx, il est temps de faire un petit point…

Officiellement Bloxxien
Ben ça paraît con de le dire, mais ma période d’essai est finie… je n’ai pas reçu de recommandé, mon voilà donc officiellement Bloxxien. Le début d’un nouveau job c’est toujours une période difficile, on change de boulot, d’équipe, de projets, les personnalités changent, les relations entre les personnes (que ce soit les histoires hiérarchiques, etc…)
En tout cas super content de travailler avec Franck et Thien, super content de l’ambiance générale, de la franchise et de la bonne entente qui se dégage de l’équipe, je pense et j’espère que les projets s’en ressentiront.

Bêta publique imminente – grêve de tondeuse
Comme pour mon précédent job chez Busineo, j’ai décidé de me donner un challenge… au lieu de me couper la barbe (j’ai vraiment trop une vilaine gueule sans barbe), j’ai décidé de faire la grêve de la tondeuse tant que BLOXXID ne serais pas en ligne. Pour info je DETESTE avoir le cheveux qui poussent comme ça (je sais pas pourquoi mais je trouves ça crado, peut être aussi parceque je finis de perdre mes cheveux) ce qui me motive à booster le dev de BLOXXID.
A la release de la Bêta Publique Thien et Franck pourront me raser le crâne (ou pas c’est comme ils veulent).

LaGrotteDuBarbu Saison 2 qui arrive d’ici quelques mois
La barbe aussi pousse… pas vraiment de grêve de coupage de barbe, mais je cultive ma barbitude en essayant de mettre en place la saison 2 de LaGrotteDuBarbu. Pas trop le temps en ce moment, mais c’est quelque chose qui me trotte dans la tête en tâche de fond.

Beaucoup de plaisir, beaucoup de fatigue aussi…
Plein de taf, entre le métier traditionnel de Bloxx et BLOXXID… des journées chargées et il y a deux jours, un coup de sonnette d’alarme: sinusite frontale et migraine occulaire. Ne pas pouvoir se concentrer sur un ordi sans choper un vilain mal de crâne pour un dev c’est un peu gênant. En gros conclusion du doc: vous devez vous reposer. Je me reposerais (un peu) quand le Bêta sera en ligne (là vraiment pas le temps, mais c’est prévu et presque planifié).
Par contre bonne nouvelle, 20 km (ou presque) de vélo par jour ça agit vraiment sur la santé (non je ne me suis pas pesé) mais 76 bpm pour mon coeur et un tension à 13/8 (c’est apparemment très bien vu ma taille, mon gros ventre, le fait que je sois fumeur, etc.) c’est la bonne nouvelle de la visite chez le doc.

velo_pedalier
Mon vélo en pièce détachée
Mon vélo justement qui est actuellement en pleine restructuration, après avoir ruiné mon troisième pédalier en quelques mois, j’ai décidé de passer aux choses sérieuses en me procurant un vrai pédalier (BLB pour ceux qui connaissent, le mec qui me l’a vendu me l’a garanti, sinon il m’en refile un gratos)… j’en ai profité pour lancer la modification de Günter en SingleSpeed (donc une seule vitesse) en 46/16 et équiper le tout d’une chaîne de BMX ultra bourrin, plus de pédalier ruiné à priori donc.
Toujours un petit problème avec le démontage d’un élément de ma roue arrière, mais à priori premier tour de pédale ce week end.

Voilà, donc quatre mois intenses, nouveau boulot, beaucoup de boulot, beaucoup de plaisir… malheureusement pas beaucoup de temps pour écrire, mais je vais essayer d’arranger ça dans les semaines qui viennent

Coach Web: un vilain nom pour un truc vraiment (ou pas?) utile…

Publié le 7 September 2009, par Babozor

coach_web

Il y a de cela peu de temps je suis tombé sur un article qui m’a fait tiquer: Les coaches web: la liste!… je ne connais pas le terme, je ne connais pas le site, je me renseigne.

1. Vraiment un vilain nom…
Soyons clair: Coach Web, pour moi ça fait tout sauf sérieux… entre les coachs personnels (les gars musclés qui viennent vous aider à perdre votre gros ventre) ou les life-coach (qui se situent à mi chemin entre le guru et le charlatan), la notion de coach (ou en tout cas ce terme) est peut être pas super bien choisi

2. Quelque chose d’utile, voir d’indispensable… pour les grands comptes
Bon j’ai essayé de ne pas me laisser charmer (ou pas) juste sur le nom j’ai lu l’article, j’ai regardé la liste et surtout je suis allé voir un article précédent, et j’avoues que c’est loin d’être con, et cela pour plusieurs raisons:
– le client ne connaît pas tout: que ce soit technique, les tendances, les endroits où il faudrait être, la stratégie… ça demande de la connaissance, de la veille, une culture web que beaucoup (malheureusement) n’ont pas
– le client n’a pas spécialement une expérience avec les agences: toutes ne sont pas des arnaqueurs, mais avouons que les travers bien connus des agences parisiennes peuvent mieux être décriptées par quelqu’un qui y est déjà passé (facturation, planning, profils sélectionnés pour travailler sur le projet, méthodologie, etc.)
– le client est peut être tout simplement perdu: quel presta choisir, quelle direction choisir

En gros, si j’ai bien compris… tout le conseil que les agences sont censées vendre et qu’elles ne donnent pas (ou alors de façon complètement partiales)
Donc un “coach web” (beurk vraiment vilain ce mot) c’est un mec (ou une fille) ancrée dans la communautée web, avec des bonnes connaissances du média, une bonne expérience et qui saura guider les annonceurs dans leurs choix éditoriaux et techniques… peut être le chaînon manquant

Et vous vous en pensez quoi de ce “coach web”?

Comment dompter son employé (un poil rebel) ?

Publié le 12 June 2009, par Babozor

dompteur.jpg

Un employé qui ne veut rien savoir, ne se socialise pas, reste dans son coin, refuse les ordres directes, fais chier… comment gérer ce genre d’individu, comment le dompter?

1. Pourquoi l’avoir engagé?
Là je dirais que c’est un peu de votre faute, ou alors il a super bien caché son jeu… mais si vous l’avez engagé, vous êtes sensé savoir qui vous engagez et être aussi censé juger de son adéquation avec le reste de l’équipe. Si il fait tâche, soit vous le saviez (et c’est bien fait pour vous), soit c’est une surprise et vous allez devoir dealer avec.

2. Est ce que ça vaut la peine?
C’est la deuxième question: suivant son niveau d’emmerdement, est ce que je dois continuer à devoir dealer avec ses caprices, ou c’est pas plus simple de m’en débarrasser tout de suite? La question peut paraître un peu violente, mais vous allez devoir passer une bonne dizaine d’heures par jour avec ce zigoto, donc si il vous est vraiment insupportable, le mieux est peut être de vous en séparer le plus tôt possible.

3. Canaliser son énergie négative
Vous saviez qu’il était chiant et vous voulez quand même le garder… maintenant il vous faut trouver une parade pour rendre l’existence dans votre entreprise vivable. Un bon moyen est de tenter de canaliser son énergie sur quelque chose de productif: filez lui une chiée de boulot (c’est pas sympa mais ça marche, il aura plus le temps de faire chier au moins), tentez de l’intéresser à un truc essentiel pour la boîte, tentez de le faire sortir de son rôle stéréotypé de rebel pour l’intégrer pleinement à votre équipe.

4. Un bien plus qu’un mal?
Est ce que ce côté rebelle n’est pas un des points que vous cherchiez en embauchant cette personne… une attitude qui change un peu du corp pour faire bouger un peu et réagir votre équipe. Est ce si vilain que ça d’avoir cette personne dans votre entreprise? Pas sûr en fait.

5. Faut-il vraiment le dompter?
Et on en arrive à la dernière question, la plus importante: en tentant de dompter votre employé rebel, n’allez vous pas perdre ce que vous cherchiez en l’engageant: son côté rebel et un peu remuant?

je le sais, je suis chiant (je me considères pas vraiment comme rebel, mais chiant ouais j’avoues)… vous pouvez le demander à toutes les personnes avec qui j’ai pu travailler. J’ai pleins de manies, je viens travailler en short, je mets pas de chemise, j’écoute de la musique bruyante, je me laisses pas faire… donc oui je suis chiant, mais j’espère que ça vaut le coup et pour contre-balancer ces côtés chiants, j’essayes d’être à l’écoute des autres, de faire mon taf le mieux possible, de partager pleins de trucs avec mes collègues, de rendre la vie au bureau marrante et sympa (j’ai bien dit j’essayes!).
Et vous des exemples d’employés rebels, comment vous dealez avec?

Trouver son poste / positionnement? Pas évident…

Publié le 30 March 2009, par Babozor

bullseye.jpg

En ce moment, je suis en pleine réflexion… les choses ne sont pas encore sûres, mais je risques de devoir trouver un travail sous peu et comme pour tout, je vais devoir “me vendre” même si je n’aime pas cette expression elle reflète bien la réalité.
Que ce soit en CDI ou en freelance, vous ne signez pas qu’une capacité ou une technologie que je maîtrise plus ou moins, mais un tout: moi.

Toute la difficulté réside dans la capacité à prendre un tout petit peu de recul, voir les personnes qui seraient intéressées et essayer de savoir quoi leur vendre, ce qui paraît un peu schizophrène (attendez un peu et vous comprendrez)

Babozor – l’homme orchestre technique
Cela a été mon rôle ces derniers mois (avec plutôt du succès je dois le dire) chez Busineo, en gros je prends en charge la partie technique global d’un projet et je me débrouilles pour que ça marche. Vous avez une idée, un projet, n’avez aucune idée comment le réaliser, pas de problème, je suis là pour creuser le sujet, mettre en place l’équipe et la plateforme de développement… éventuellement assurer une grande part du développement.
Ce positionnement en général est celui qui convient aux petites entreprises / strat-up du type de Busineo, ils ont besoin d’être guidés et accompagnés du côté technique, avoir quelqu’un d’expérience qui sait éviter les gros piège et surtout quelqu’un de productif pour que la travail soit fait.

Babozor – expérience / dynamisme / encadrement
Cela fait plus de 10 ans que je travailles dans le web, plus de 10 ans aussi que je suis dans le développement, j’ai fait pas mal de structures assez différentes (de la grosse web-agency à la micro structure) donc j’ai de l’expérience aussi bien au niveau technique, qu’en gestion de projet, qu’en gestion des relations humaines parfois compliquées. Toute cette expérience peut être mis à profit pour en faire profiter une équipe de développeurs, tenter d’améliorer la productivité, arrondir les angles avec les autres équipes, leurs faire profiter de mon expérience, etc…
Ce positionnement est destiné à des entreprises moyennes / grosses qui ont un pôle développement plus important et cherchent un Senior Lead Developper pour encadrer les troupes. Je dois avouer que c’est une partie du métier que j’adore, mais qui demande un peu de temps et de latitude, chose que je n’ai jamais pu avoir dans mes expériences précédentes en agence ou dans des équipes conséquentes.

Babozor – exibo-web / sympa / geek
C’est ma dernière facette, avec un outing récent via LaGrotteDuBarbu, je suis un peu exhibitionniste du web je l’avoues, j’ai pas peur de faire des trucs débiles ou con, de montrer ma vilaine tronche, de me mettre en avant pour des trucs auxquels je crois… j’adores aussi expérimenter, me planter…
Aucune idée de ce que je pourrais vendre (à part mes super patchs ultra Collectors LaGrotteDuBarbu évidemment) dans ce profil, jouer les créas psychopathes en agence pas trop mon truc… mais ça fait partie de personnage

Donc voilà mes deux facettes et demi… deux positionnements pour deux types de structures.