Archive pour la catégorie ‘Travail, contrats, etc…’

Charte Professionnelle des TDW – Enfin lancée… :)

Publié le 16 September 2009, par Christophe Zlobinski- Furmaniak

Il a fallu quelque mois, mais elle est enfin là, la Charte Professionnelle des Travailleurs Du Web  discutée au TDW Camp :)

La table ronde «Vers une Charte Professionnelle ? » a permis de déterminer que la création et la défense d’une entité de reconnaissance des compétences des professionnels du web était une demande motivée autant par les professionnels concernés que par les clients eux-mêmes.

L’objectif de cette Charte est de répondre au manque de réglementation dans notre profession, et de pouvoir répondre, pour les professionnels comme pour les clients, à cette question « Comment pouvoir faire confiance à un professionnel du web ? ».

Pour les professionnels, cela représente un document synthétique proche de la profession de foi, où le professionnel s’engage à un certain nombre de devoirs.

Pour les clients, cela représente une valeur sûre leur permettant de faire un meilleur choix dans la jungle des offres du marché.

Nous avons besoins de vous afin de valider ou non les premiers points de cette Charte, ainsi que la compléter avant la 2ème étape qui sera celle de la formulation définitive.

N’hésitez donc pas à la voter, la commenter, la trackbacker et la faire connaître:)

Site de la Charte : Charte Professionnelle des Travailleurs Du Web

Se sentir bien au travail: une priorité…

Publié le 8 January 2009, par Babozor

etrebienautravail.jpg

Je sais que cela peut paraître encore une fois un rappel qui peut sembler inutile… et pourtant je me dois une fois de plus de remettre une couche, vu les circonstances: de nombreuses connaissances et/ou amis qui subissent des conditions de travail ou juste un travail nocif pour eux (et non je ne citerais personne, si vous vous sentez visé, posez vous des questions)

10h passé au travail
Vous pouvez faire les comptes que vous voulez et dans tous les sens, mais on passes un temps impressionnant cinq jours par semaine au travail… je passes plus de temps à travailler que dans mon lit (ok, je dors pas beaucoup, j’avoues) et plus de temps avec Karl et Fadi (mes deux boss) qu’avec ma femme ou ma fille.
On passes donc beaucoup de temps au travail, transport compris, une bonne moitié de la journée, donc bien se sentir dans son travail, c’est juste primordial, sinon 50% de votre journée (hors temps de sommeil) est pourrie.

Le stress, boosteur de productivité?
Beaucoup croient aux vertus productivistes du stress… à tort à mon avis, je ne suis jamais autant que productif, que quand je traite un sujet que j’adore, sans stress, en travaillant avec des gens que j’estime ou prend du plaisir à travailler avec.
Beaucoup pensent (et j’étais dans ce cas il y a encore quelques mois/années) aussi qu’une phase (même courte) de stress est nécessaire pour accomplir quelque chose… par expérience, le stress amène juste plus de stress et du travail bâclé ou jamais finalisé.
Il existe aussi plusieurs formes de stress (je pourrais en écrire des articles sur ce sujet), et certainement du stress positif, mais le plus commun, le stress subit, le coup de pression du supérieur ignorant et débile, ne sers à rien.

Trouver le bon équilibre
Comment trouver le bonheur au travail? Le dream-job n’existe pas… c’est toujours un équilibre instable entre obligations / trucs chiants / plaisir… Par exemple, venir tous les jours au boulot et respecter des horaires décents (ou encore ne pas se pointer au taf en string rose) sont des obligations. Les trucs chiants et plaisants varient suivant les parcours, les métiers et ce que vous aimez… mais si vous n’avez que des contraintes et trucs chiants dans votre travail, vous allez peut être être partiellement productif, mais très vite démotivé.
Trouver le bon équilibre entre toutes ces facettes d’un travail est difficile et demande aussi une certaine vision: à quoi voulez vous que votre travail ressemble? quels sont pou vous les contraintes acceptables et celles qui le sont moins? quelle contre-partie pour des trucs chiants ou contraignants?

Toujours le choix…
Peut importe ce qu’on dit (ou ce qu’on veut nous faire croire), on a toujours le choix…
On a toujours le choix de tenter d’améliorer ses conditions de travail, pour qu’il soit moins nuisible (cela peut être matériel ou relationnel), on peut changer son attitude ou son comportement envers le travail, on peut changer de travail, de domaine… rien n’est impossible du moment que l’on sais ce que l’on veut.

C’est une alchimie difficile, que de se sentir bien au travail… un environnement, des personnes, le travail en lui même.
On y passes tellement de temps, ce serait bête de se pourrir la santé ou la vie pour ça.

Le travail le dimanche… ce que j’en penses

Publié le 22 December 2008, par Babozor

travail_dimanche.jpg
[Moi hier, donc dimanche au travail en train de bosser avec du Meshuggah à fond pour me tenir compagnie…]

C’est une des nombreuses lois qu’essaye de faire passer en ce moment le gouvernement: tordre le cou au droit du travail et donner plus de souplesse (sic!) aux entreprises pour que les magasins puissent ouvrir le dimanche.

Une mauvaise disposition, un vrai recul…
Oui, c’est vrai c’est cool de pouvoir faire ses courses le Dimanche, quand on a jamais le temps de le faire pendant la semaine (trop de boulot)… bon certes on pourrait le faire le samedi, mais le samedi on préfère sortir ou faire d’autres trucs, donc on fait ça le Dimanche.
Aujourd’hui ça restait une exception… seuls certains magasins et avec des horaire précises, mais le gouvernement veut généraliser ça, permettre aux entreprises de pouvoir ouvrir le Dimanche.
Même si dans ma vie de feignasse qui aurait pu prévoir pour acheter sa bouffe intérieurement je me réjouis, mon côté syndicaliste-pas syndiqué et soucieux des conditions de travail se fâche tout rouge. Ok c’est bien de faire les courses le dimanche, mais cela veut dire une partie de la task-force obligée de travailler le dimanche. Même avec augmentation de salaire, pour tous ceux qui ont des enfants, c’est souvent un des seuls jours de la semaine où vous pouvez passer réellement un peu de temps avec eux, donc si en plus ce jour là vous travaillez…

Des conséquences à terme désatreuses
On nous parles de volontariat, de possibilité de pouvoir refuser de travailler le dimanche, et tout ça est une vaste blague et tout le monde le sait. Qui peut décemment refuser de travailler à son patron le dimanche sans avoir de facheuses conséquences dans son environnement de travail ou sa future promotion? Pas grand monde malheureusement. On connaît tous le poids de la pression sociale que peut exercer une entreprise.
C’est surtout un recul majeur dans notre droit à ne pas devenir des esclaves sous-payés… au moins on avait la certitude de pouvoir se reposer de temps en temps… aujourd’hui cette certitude s’estompe et je trouve cela très dangereux.

Mais moi je bosses le dimanche??
“Ouais, tu râles et tout, mais toi aussi tu travailles le dimanche…” C’est vrai moi aussi je travailles de temps en temps le dimanche… la différence est de taille, puisque c’est moi qui spontanément (personne ne me le demandes, que ce soit directement ou indirectement) viens quand mademoiselle est chez mes parents.
On est une petite entreprise, à la veille d’une release importante… j’estime donc que c’est de mon devoir de donner autant que je peux, pour une période donnée (je le ferais clairement pas tout le temps).
En conclusion, faites ce que je dis pas ce que je fais… non sans rigoler le cas n’est pas le même on est une ultra petite équipe, et évidemment je suis ultra plus impliqué. Dans le passé (et en particulier dans certaines agences web), on m’a parfois demandé de venir travailler le week end pour combler un retard, mais le plus souvent c’était pour palier un manque cruel de personnel… et j’ai toujours refusé (et je penses avoir eut raison).

Bref, le problème du travail le dimanche pour les supermarchés et autres magasins, c’est qu’on trouve ça cool de pouvoir faire ses courses un Dimanche. On trouvera ça beaucoup moins cool, quand nous aussi on nous demandera de venir travailler un dimanche, que la loi les y autorisera et qu’on pourra rien y faire.
Je suis pas du genre syndicaliste-braillard-débile (ou un peu quand même), mais je trouves cette réforme dangereuse, pour tout le monde.

Les enfants au travail?

Publié le 29 August 2008, par Babozor

mlle_autravail.jpg

Non, je ne prône pas l’embauche des moins de 8 ans pour sous-traiter vos tâches de copier/coller débiles, mais plutôt de la place que les enfants peuvent ou non prendre au travail.

Exemple vivant hier matin: personne pour garder mademoiselle pour la matinée (ni nounou, ni maman dispo), donc embarquage de demoiselle au travail pour séance de dessin et regardage de Naausica (d’où l’utilité d’avoir un deuxième écran, je travail sur le premier et mademoiselle regarde son dessin animé sur le deuxième).
Cela reste une situation exceptionnelle, puisque la semaine prochaine elle fait ses débuts à l’école… mais c’est une situation qui peut éventuellement se reproduire (même si ce risque reste exceptionnel).

Il n’empêche que pour un employeur, les enfants et la vie de famille d’un employé peut avoir plusieurs formes

1. Présence déguisée mais conséquences visibles
Même si vous n’avez jamais vu (outre les nombreuses photos qu’ils vous abreuvent) les enfants de vos collègues, vous devez en avoir maintes fois entendu parler, que ce soit la rentrée à l’école, les dents qui poussent, les cacas mous et j’en passe, puisqu’un enfant c’est toujours une partie importante de la vie de quelqu’un.
L’employeur aura donc une vision qui est toute autre, puisqu’en général ce sera surtout des jours de congés ou de maladie pour s’occuper des divers bobos de monsieur ou mademoiselle, des problèmes de gardes, de crèche ou encore d’école fermée.

2. Présence réelle sur le lieu de travail
Elle est relativement limitée, puisqu’en général votre lieu de travail n’est pas vraiment un lieu pour les enfants. Pas grand chose avec lequel jouer (encore que le démontage de photocopieuse peut être très rigolo, je vous le confirme), mais surtout les parents pas vraiment disponible pour s’en occuper.
Peu ou pas de structure pour l’accueil des enfants en dehors de très grosses entreprises ou les crèches et gardes permettent aux parents de faire garder leurs enfants plus simplement.

Le principe en général est que les enfants au travail, peu importe la forme sont tolérés… on peut pas vraiment faire sans (c’est pas vraiment comme un hamster ou un poisson rouge), même si bon nombre d’employeurs préfèrent les jeunes célibataires beaucoup plus souples dans leurs horaires qu’un jeune papa (j’allais mettre aussi “qu’une vieille maman” pour rire, mais c’est pas beau et limite misogyne donc je le mets pas).

Personnellement, je penses que les enfants n’ont pas réellement leur place sur le lieur de travail, ce n’est pas un endroit pour eux… ils doivent être avec leurs copains pour jouer, ou à l’école, mais certaines fois les circonstances font que, on a pas vraiment le choix. Malgré ça, hier mademoiselle a eut l’air d’apprécier la petite visite à mon boulot…

Et vous, que pensez-vous du couple difficile enfants-travail?

Un syndicat/corporation pour les Travailleurs Du Web

Publié le 20 June 2008, par Babozor

foucaultcgt2.jpg

Oui je sais j’ai déjà abordé le sujet, mais je penses que de plus en plus il s’avère nécessaire de pouvoir mettre une structure en place qui puisse aider tous les Travailleurs Du Web.

Depuis des années que je suis dans le métier, je vois des gens se faire maltraiter, faire des horaires indécentes non payés, se faire virer vilainement, travailler dans des conditions plus que limite, des sociétés utilisant massivement et sans scrupules stagiaires et contrat précaires, etc…
Surtout je vois que la communauté de TravailleursDuWeb s’agrandit tous les jours et que personne ne leur demande leur avis sur des sujets qui les concerne au premier plan (les divers lois débiles sur le numérique, l’innovation ou le piratage en sont un bon exemple). Une communauté grandissante, mais aucune ou peu de visibilité.

J’avoues que je ne suis pas un syndicaliste forcené, pas sous la forme qu’elle existe en France en tout cas… le plan post-bolchévique qui va cramer des préfectures (oui je sais je caricature à outrance, mais c’est voulu) pas trop mon style, mais surtout pas très efficace.

Je serais plus adepte d’une corporation, une structure qui pourrait donner une voix audible à tous les travailleurs du web, mais surtout pouvoir leur apporter un soutien dans les moments difficiles, les conseiller… permettre aussi aux différentes personnes qui composent cette communauté de se connaître, se rencontrer…

Je n’ai aucune idée de la forme juridique que cela pourrait prendre et même si cela est possible, mais je suis convaincu que le métier en a besoin.

Et vous vous en pensez quoi?