Ma première fois

Publié le 20 April 2010, par mere-teresa

De nombreuses personnes m’ont déjà entendu dire que je continuerais à faire de l’informatique jusqu’à ce que je vois un projet sortir en temps et en heure. C’est une blague récurrente, qui reflète, malheureusement le manque de soin apporté à l’évaluation des risques, des ressources et des spécifications dans les projets de développement web.

Pour faire écho à l’article de Damien Mathieu, j’ai déjà rencontré de très bons chefs de projet. Mon expérience de consultante-formatrice m’a amenée dans des entreprises privées aussi bien que dans des établissements publics, au contact d’équipe variées. J’ai toujours constaté une certaine fatalité envers le retard dans les projets web.

Et pour la première fois, lors d’une mission, nous livrons des features au rythme prévu. Parfois, cette date a été ré-ajustée au fil du développement, parfois la feature B devance en produit livrable la feature A et se retrouve livrée plus tôt. Tout va bien, me direz vous, alors plutôt que de pointer encore et encore les erreurs des projets, les erreurs des développeurs, je vous propose d’examiner les conditions de cette réussite.

Maîtrise des développements

Pour une fois, ma mission de développement se déroule chez un éditeur de logiciels, et pas dans une SSII ou web agency. Les contraintes sont différentes : ajouter des nouveautés permet de continuer à faire évoluer le site web. Et maintenir l’existant permet de gagner la confiance des utilisateurs. Le besoin de qualité est important pour un code pérenne et maintenable, cette qualité est plus importante que le besoin de livrer rapidement. Les dates limites existent néanmoins et permettent de border les tâches, et de découper les features en tâches.

Direction du projet

Les projet ont deux têtes pensantes : un lead développeur, une chef de projet (commune aux projets). Et en plus, un directeur technique est disponible, pour les points plus critiques ou les choix techniques d’évolution du projet (modification du système de traduction, par exemple). Les technologies les plus performantes sont envisagées pour remplacer les technologies classiques. Cela donne du dynamisme au projet, et attire des développeurs de qualité dans l’entreprise.
Malgré un recrutement soutenu, les développeurs sont bien intégrés aux équipes par des formations aux outils, et comme habituellement, des tâches autonomes et indépendantes des autres du projet à réaliser. Le temps de midi est également mis à profit pour la convivialité.

Des horaires souples

Pour mes besoins personnels, je préfère arriver tôt et repartir tôt. D’autres collègues préfèrent arriver plus tard (après 10h) et j’imagine qu’ils partent plus tard. La pause déjeuner n’est pas non plus chronométrée. Nous sommes managés à la tâche plutôt qu’au créneau horaire, et responsabilisés sur notre tâche. Les dates de planning nous ont permis de déterminer un rythme à tenir pour la sortie de notre feature.

Rencontres fréquentes

Malgré l’open space, dont on sait qu’il est moins bon pour la productivité que les bureaux individuels, les développeurs s’isolent pour se concentrer. Les rencontres sont donc provoquées par un stand-up quotidien, qui a lieu après la pause déjeuner. Parfois, les développeurs d’un même projet — qu’on croirait connectés — se retrouvent à échanger, parfois c’est une simple énumération de ce sur quoi chacun travaille.
Même si nous travaillons sur des logiciels différents, nous avons des fonctionnalités communes, pour résoudre les mêmes problèmes, nous communiquons entre les projets. Les solutions éprouvées sont alors dépistées, ainsi que les impasses.

Challenge technique

En plus d’utiliser des technologies de pointe, toutes les deux semaines, une journée consacrée à la technique est organisée, les développeurs comme l’infra se retrouvent à mettre en place des nouveautés techniques dans l’application, à faire des tests sur les futurs produits techniques, à réparer de petits agacements dans le code ou la configuration qui ralentissent tout le monde.
Cette journée de technique pure, sans but de plaire aux commanditaires (ou actionnaires) des logiciels est toujours un jour agréable. Nous passons en production des nouveautés qui ont été testées précédemment, ou des ajustements qui augmentent le confort de développement.

Convivialité

La pause repas ayant déjà été évoquée, j’ajouterais les outils d’Instant Messaging, la mise à disposition de consoles de jeux (et canapés), le café à volonté, ainsi que la présence d’un outil de “Perles” qui recueille les propos les plus amusants, sortis de leur contexte, évidemment. Ces différents outils renforcent les liens inter-personnels et la confiance entre les développeurs.

Pour terminer, les développeurs sont considérés comme essentiels à la production de valeur dans l’entreprise. Le fait qu’ils soient nombreux les rend majoritaires par rapports aux autres services (marketing, RH ou comptabilité). La direction des projets fournit le matériel nécessaire au confort de chaque développeur (écrans, lampes, etc.) et les responsabilise sur leur code et le code de leur projet.
Sans utiliser de l’eXtrême Programming ou du Scrum, quelques pratiques issues des méthodes agiles améliorent le confort des développeurs et la qualité des produits.

billet invité rédigé par Sarah Haïm-Lubczanski

Ouverture / premier démarrage MacBook Pro

Publié le 2 March 2010, par Babozor

Bon alors ça date d’il y a quelques mois… l’ouverture de mon nouveau (et donc maintenant un peu ancien) MacBook Pro

C’est la troisième génération de MacBook Pro que j’ai entre les mains, et le deuxième en unibody.
Bon c’est toujours du très bon matos, solide, propre, bien designé… l’ajout de lecteur de carte SD est pour moi un peu gadget (j’avais déjà un lecteur externe que je trimballe un peu partout dans mon sac) mais pour certains ça peut s’avérer pratique.

Size does Matter!

Publié le 16 February 2009, par Babozor

Depuis la semaine dernière j’ai un nouvel écran: Asus VW246 écran 24 pouces FullHD 1920×1080 et peut importe ce que tout le monde dira… oui la taille c’est important! (pas que mais…)

size_matters.jpg
[J’ai voulu prendre un photo avec mon MBP à côté maix vieux contre-jour, donc mode macro rigolo]

Première impression: la claque
Tout d’abord ne dénigrons pas son prédécesseur, mon ancien écran de travail un bon Samsung 20 pouces était plus qu’honorable… mais là on passe au 24 pouces (ouais depuis j’aime bien répéter 24 pouces) mais surtout à des specs au dessus: du vrai FullHD 1080i (donc une résolution de 1920×1080), un temps de réponse de 2ms, un contraste de psychopathe 20 000:1, trois plugs possibles: HDMI, VGA et DVI (et possibilité de switcher de l’un à l’autre, super pratique). Surtout ce qui est appréciable c’est de pouvoir switcher en un seul clic d’un bouton d’un mode à l’autre: standard, scenery, game, theater, night qui permet de modifier contraste, refresh rate, balance des couleurs, etc…
Au niveau de l’image, juste un truc de ouf, une qualité juste démentielle (ça paraît con, mais j’ai pas de data significatives à vous filer, donc je dis juste ce que j’en penses).

Deuxième impression: changement d’habitude de travail (et de téléchargement)
Bon ok, je joues au fier à bras avec mon nouvel écran, mais en vrai ça change quoi (à part les 24 pouces évidemment, ok j’arrêtes)?
Deux conséquences relativement différentes:
1. changement de perspective
Depuis quelques mois j’avais deux écrans: celui de mon laptop et mon deuxième écran… avec des rôles plutôt bien définis: le code ou les parties importantes sur l’écran de mon laptop (plus petit mais plus lisible) et le navigateur et autres trucs sur l’autre écran. Depuis l’arrivée du grand frère (24 pouces!!!) la perspective à changée, puisque le gro-nécran a maintenant une meilleure qualité d’image et de définition que l’écran de mon laptop, donc code sur le grand et display sur le petit… ce qui a entraîné d’autres changements: possibilité avec la même qualité de mettre le code en plus gros et donc avoir les yeux moins fatigués (en tout cas partiellement)
2. obligé de télécharger du 720p (minimum) à partir de maintenant
Ben oui, on a un grand écran, on s’embourgeoise et les HDTV ou demi-PAL que je chope avec mes séries ricaines paraissent moisies sur un aussi gros écran (24 pouces je te dis!! ok là j’arrêtes vraiment, promis)… donc obligé de tenter de trouver une meilleure qualité, de préférence 720p (BattleStar Gallactica en 720p ça déchire tout), voir plus (pas encore trouvé mais je désespère pas)

Troisième impression: 24 -> 15 … vers un 24 -> 24
Enfin pour finir, un 24 pouces c’est bien mais à côté d’un 15 pouces (l’écran de mon laptop) ça fait tâche… on s’embourgeoise, et on rêve à un deuxième 24 pouces à côté de son copain (mais donc ça voudrait dire passer sur un MacPro et ça c’est clairement pas pour tout de suite), mais là je m’égare…

Bref, 24 pouces c’est bien, avec un qualité démentielle et surtout à un prix des plus abordables (comptez un peu plus de 250 euros suivant les magasins), qui offre un vrai confort de travail (avec des yeux moins ruinés, enfin un peu), donc oui “Size Does Matter”

A quoi me sert ma ligne téléphonique fixe?

Publié le 11 February 2009, par Babozor

landline.jpg

A part me faire démarcher au téléphone pour des remplacements de fenêtres pourris?
Dites moi parceque moi je n’utilises jamais ou presque ma ligne fixe… est ce que vous vous l’utilisez encore?

90% de ma consommation téléphonique passe par le portable (et 70% de cette consommation vers ma femme, le reste pour collègues/potes)
5% de ma pseudo consommation passe par skype
le reste via la ligne fixe du boulot…

Et vous aujourd’hui c’est quoi votre répartition entre fixe / mobile / IM?

Sanyo Xacti HD1010… impresionnant mais perfectible!

Publié le 9 February 2009, par Babozor

Depuis Samedi matin j’ai un nouveau joujou: le Sanyo Xacti HD 1010
Oui ça fait deux caméras, mais j’étais en fait surtout à la recherche d’une petite caméra, tout terrain, robuste, qui tiennes dans la poche de mon treilli… que je puisse trimballer un peu partout, avec une bonne qualité et surtout m’évite de me balader avec mes 115 kilos de matériel (pas comme avec la XM2 qui est très très bien, mais encombrante avec tout le matos qui va autour).
J’ai donc longuement vadrouillé sur le web, dans les forums vidéos, sur différentes sites de e-commerce pour trouver la perle rare.
Petit, costaud, autonomie, pratique, abordable, prise micro/headphone… je suis bien vite tombé sur deux / trois modèles guère plus, dont un très encombrant… et en fait c’est la forme peu conventielle du Xaxcti qui m’a décidé.

xacti_overview.jpg

Petit mais costaud
La première chose qui frappe c’est le côté compact de l’engin: 11 cm pour son côté le plus grand, un peu plus de 300 grammes (avec la batterie et la carte SD) et une forme atypique, un espèce de pistolet trapu.
Les caractéristiques techniques sont assez impressionnantes:
– vidéo: jusqu’au vrai FullHD: 1920 x 1080 (60 FPS 14 Mbps) en passant par d’autres modes, donc un intéressant: Web-SHR 448 x 336 ( mais avec 300 images par seconde)
– photo: jusqu’à 8Mpixels (3264 x 2448) – Perso j’ai choisi le mode 4Mo low compression (c’est déjà du 2288 x 1712)
La capacité de stockage dépend de votre carte SD (qui n’est pas fournie), moi j’ai chopé une 16Go et même après avoir pris presque une demi heure de film et presque 400 photos, à peine 3Go d’utilisé, donc largement de quoi se faire quelques heures de photos/vidéos sans soucis de transfert de fichier.
Le LCD est très bien, bon rendu, brillant sans trop aveugler… pas trop terne (même si j’ai une certaine tendance à me méfier du rendu des LCD, qui en général n’est guère fidèle au rendu final)
Il y a un flash (mais je déteste les photos au flash) intégré, avec plusieurs modes disponibles… certes son comportement en lumière basse est correcte mais si vous voulez un rendu optimal, préférez la lumière du jour ou une bonne lumière.
Plusieurs modes pour la balance des blancs (les modes standard) et le mode OnePush qui vous permet de faire une presque vraie balance des blancs.
Pas mal de possibilités de bidouiller, adapter (on y reviens dans quelques lignes)

xacti-mf.jpg

La qualité de l’optique est là (on reviendra sur le problème du focus après), avec un zoom x10 (que la plupart du temps je n’utilises jamais, mais bon au cas où) avec possibilité de shooté en mode macro à quelques centimètres, et environ 20-30 cm pour le mode vidéo.
Il est fourni avec une base/dock qui permet de le recharger, mais surtout de transférer le contenu via USB, câble composite et HDMI vers une télévision ou un autre matos vidéo.

En tout cas pour le prix, les caractéristiques techniques sont bien là…

Ne pas utiliser les presets usine (ben ouais je sais)
La prise en main est super instinctive… on recharge, on plug la carte SD et hop on est parti… deux boutons super identifiables pour prendre photo ou bout de vidéos, le zoom, mode lecture ou enregistrement, le bouton menu, un petit joystick et hop c’est tout.
Out of the box la qualité est bonne mais on remarque plusieurs choses après quelques heures d’utilisation:
– les presets d’usines sont bien si vous êtes sur un pied, en lumière plein jour, etc… mais dans d’autres conditions, mieux vaut régler vous même les différents réglages
– l’autofocus (malgré la présence de trois modes différents) est assez moyen… après quelques dizaines de photos ratées on part bien vite en mode manuel, qui prend un poil plus de temps mais garanti de bien meilleurs résultats
– en particulier en mode photo quand on clique avec le pouce sur le bouton, l’appareil à tendance à bouger (un tout petit peu) surtout en mode macro, ce qui provoque 20% des photos un certain flou (j’aurais bien vu une gachette plus qu’un bouton, mais bon)

xacti_macro.jpg

Encore quelques tests/réglages à trouver
Il reste encore quelques réglages à trouver, à jouer avec certaines réglages…
Un truc super pratique c’est la possibilité de mettre des favoris sur les touches du joystick (moi j’ai mis les mode de focus et la priorité du mode photo en haut et en bas, super accessible, super pratique)… les photos sont globalement de très très bonnes qualité (surtout comparé aux photos prises avec mon iPhone) et les vidéos en fullHD juste bluffantes.
Il n’empêche, je galère encore à trouver les bons réglages d’export sur FinalCut (quelques sauts dûs à priori aux keyframes et bitrate, problème que j’essaye de résoudre) mais ça viendra.

xacti_af.jpg

Au final
Matériel compact et dotées de bonnes caractéristiques (supérieur sur certaines points à mes attentes)… nécessite un peu de bidouillage pour trouver les bons réglages ou bonnes utilisations, mais très bon matériel. Encore quelques semaines d’attente pour une parfaite prise en main et pour vous donner mon avis final, mais en tout cas je ne le quitte plus mon nouveau joujou :)