Microsoft mis en danger par Adobe?

Publié le 22 August 2008, par Babozor

Poulpe-1.jpg

Voilà une nouvelle qu’il faut évidemment prendre avec des pincettes, mais la réflexion est censée…

Microsoft a sorti il y a peu Silverlight, qui est un défi évident contre Flash d’Adobe (massivement adopté par plus de 90% des utilisateurs)…

Et aujourd’hui un des freins pour une majorité d’utilisateur pour passer de Windows à un autre type d’OS comme Linux est l’impossibilité d’avoir accès à une suite graphique décente. Certes il existe des équivalents OpenSource (Gimp, InkScape, etc…) mais qui ne sont malheureusement pas au niveau de la suite CS d’Adobe (suivant les versions Photoshop, Illustrator, Indesign, Flash, Dreamweaver, etc…)

Quid donc d’une distribution Linux optimisée pour le fonctionnement de cette suite creative, qui ne serait pas un vilain portage ou une émulation (aujourd’hui c’est plus ou moins possible avec Wine pour des anciennes versions)? Imaginez un environnement de travail complet optimisé pour travailler avec cette suite graphique?

Ah je vois déjà les graphistes qui bavent et trépignent d’impatience…
Qu’est ce que vous en pensez?
A votre avis est ce que ce genre de pistes risquent d’aboutir et de devenir de plus en plus courant?

Je pense qu’aujourd’hui Linux a fait la preuve qu’il n’est plus réservé aux Nerds à lunettes… avec des distribution comme Ubuntu une installation et utilisation simple et à la portée de tous, un pool d’applications disponibles impressionnant, un système optimisé et gratuit.
Certes quelques efforts à faire encore en niveau de l’interface, mais on y vient doucement mais sûrement!

Pourquoi je n’aime pas Microsoft?

Publié le 28 March 2008, par Babozor

ballmer.jpg

Titre volontairement (un peu provocateur)… on me reproche souvent d’être plus que partial et de ne pas laisser sa chance à la société de Redmond en lui préférant celle de Cupertino [Microsoft versus Apple pour les ignares], etc… mais c’est plutôt un (vieil) amour déçu plus qu’une haine tenace.

De bons produits
Malgré tout ce qu’on peut dire, Microsoft sort tout de même de très bons produits, ne serait-ce que la suite Office, qui aujourd’hui n’a aucun réel concurrent (même si OpenOffice ou iWork sont des efforts louables, ils n’arrivent pas à la cheville de MS Office je pense que tout le monde en conviendra). Pour continuer sur les bonnes notes, pour moi Windows 95 (SE off course) était un grand pas en avant dans les OS (comparé à Windows 3.1) et globalement un bon produit.

L’ogre informatique, suprématie affichée et revendiquée
Une des chose chez Microsoft qui me gêne le plus c’est son quasi monopole sur le monde informatique et sur l’informatique grand public en particulier… il domine le marché des OS certes, mais le fait avec une arrogance qui me dérange vraiment. Même si on voit une certaine évolution avec une marge de progression intéressante d’Apple et de Linux pour les initiés.

Vista…
En voilà une bonne raison de ne pas aimer Microsoft (sans aller jusqu’à les détester… encore que), un OS censé être novateur, ultra buggé, marketté au bazouka (j’arrête là le lynchage de peur de n’écrire des mots qui dépasseraient ma pensée)

Fait par et pour des développeurs
Au contraire d’Adobe ou d’Apple, les produits Microsoft sont fait par et pour des développeurs, d’où certaines fois une interface et une logique un peu bizarre. Cela peut s’avérer pratique, voir adapté pour certains, mais…

Modèle fermé
Malgré certains débuts d’efforts poussifs, Microsoft (comme Apple d’ailleurs) reste sur un modèle ultra fermé où tout se paye, sans vraiment libérer son code source (et donc en passant à côté de la communauté très active de l’OpenSource et du logiciel libre)

En conclusion?
Ce qui me dérange le plus c’est que pour moi il y a 10 ans, Microsoft était le symbole de l’innovation… aujourd’hui c’est un mastodonte qui sort encore de bons produits (bien que maintenant cela relève plus de l’exception) mais se repose principalement sur sa mainmise sur le parc informatique et son marketting façon wermacht pour imposer ses produits.
Certes Apple est lui aussi sur le même marché (OS, logiciels, sauf qu’ils sont eux même constructeurs) mais bénéficie d’un capital sympathie important (puisqu’il fait partie des outsider) et surtout sort des produits beaucoup plus travaillés et designés (on ne se fait pas d’illusion l’un comme l’autre sont là pour faire du fric).

Bref, je ne suis pas un anti-Microsoft (pas complètement en tout cas), mais j’attends un nouvel OS, un nouveau navigateur vraiment convaincant pour changer mon opinion générale

Altaide Dev Drink 3: SIlverlight 2

Publié le 28 March 2008, par Babozor

Voilà donc mon premier vrai essai de vidéo… avec évidemment un son de chiotte (surtout avec le vent au début) la merveilleuse HD (qu’on ne voit pas ici puisque je ne suis pas encore MotionMaker pour DailyMotion, voir ses boutons sur les nez en HD c’est quand même top pas de doute) et un montage pas encore complètement au point (mais je fais de mon mieux).

Dev Drink sympa mais très axé développeurs .Net (et c’est un peu normal), quelques remarques:
1. pas de démo de “killer app” (ou appli qui tue en bon frenchy), de la démo de code d’intégration, d’environnement, etc… deux petites démos mais rien de révolutionnaire (au niveau fonctionnel en tout cas)
2. Le plugin Silverlight dispo sur IE, Safari et FireFox sous Windows et Mac (Linux pas encore devrait être porté par les gars de Novel) ainsi que sur plateformes mobiles (Sybian et Windows Mobile… pas de détail sur l’iPhone et oublié de poser la question)
3. Une intégration apparemment bien faites sous l’environnement de dev Microsoft (càd Visual Studio) très orientée code et pas vraiment designers (qui ont leur propre logiciel pour permettre de designer l’interface)

J’ai dû me sauver un peu plus tôt que prévu, donc pas de Drink (pour la prochaine fois), démo intéressante pour les dev .Net mais qui ne m’a pas convaincu de switcher sur l’environnement de dev MS (même si certains aspects de Silverlight ont l’air sympa)

Web 2.0 me bourre sérieux

Publié le 10 November 2007, par Laurent Chambon

Je vois que le fameux web 2.0, celui où des grandes compagnies se font un maximum de thunes avec notre travail gratuit, envahit peu à peu le monde électronique et nos vies. Microsoft s’achète un morceau de Facebook pour se faire de la thune, MySpace et Google font joujou avec Linkedin pour mieux nous cibler et nous vendre leurs publicités, je reçois de plus en plus de mails non sollicités via ces réseaux de gens que je ne connais pas et que je n’ai pas envie de connaître (“Jan de Vries était à l’Université d’Amsterdam et veut être votre ami”) mais je n’en vois pas les avantages. Mes plus grosses actions sur Facebook? À part remplir des formulaire sur ma vie, c’est faire coucou à Bertrand (un ami de Bruxelles) que je vois régulièrement, et à Scott (un ami de San Francisco) dont j’ai déjà l’email et le téléphone.

On vous fait croire que si vous n’êtes pas sur ces réseaux vous n’existez pas, que votre vie sociale est nulle et que vous ne trouverez jamais de travail. C’est non seulement faux, mais cela engendre une perte de temps incroyable. Autant aller voir ces gens, les appeler (sur Skype, histoire de se sourire un peu même si on est loin) ou blaguer sur Adium que passer ses soirées à s’envoyer des coucous virtuels, à travailler à enrichir ces compagnies en leur fournissant des informations avec votre adresse, votre âge, l’adresse de vos amis et l’étendue de vos études qu’elles iront vendre à des pubards.
J’ai décidé de ne pas légitimer cette nouvelle forme de terrorisme social et consumériste, de plus en plus infiltré par la publicité et l’espionite industrielle version 2.0, et de fermer mes comptes Facebook et Linkedin. Je me tâte encore pour MySpace, mais je me demande si c’est vraiment le meilleur moyen de faire connaître ma musique… Si on veut vraiment me trouver, il suffit d’aller sur Google, m’appeler ou carrément passer me voir.

Allez, je vais lire un vrai livre, en papier, au lit… Un vrai Bed™ version 1.0 avec des couettes et des oreillers, totalement compatible avec tout le monde, tout le temps. Essayez, c’est fabuleux.

De la télé au ouèbe, le monstre nous poursuit

Publié le 8 November 2007, par Laurent Chambon

Non!!!

C’est officiel, depuis plus d’un an déjà: les jeunes passent plus de temps derrière leur ordinateur que devant la télé. Pas étonnant, vu comment on s’ennuie devant le petit écran. Même avec le câble. Euh, surtout avec le câble? Aux Pays-Bas, nous avons une quarantaine de chaînes dans le paquet standard, dont une dizaine de chaînes généralistes en néerlandais. Si on paye plus on a du cul et de foot. Chouette. À part quelques séries amerloques fabuleuses et parfois les niouzes, rien à regarder. Dieu sait s’ils aimeraient qu’on y passe plus de temps. Ils ont même changé les dimensions des programmes pour nous inciter à acheter un nouvel écran, histoire qu’on se remette à la télé. Rien à faire, même en plein écran, ça reste ennuyeux.

Et sur le net, alors? En fait, si on passe pas mal de temps derrière son Mac, à rafraîchir ses lecteurs RSS et aller de blogues en sites de niouzes, on prend très vite l’habitude d’aller lire les infos à la source, souvent en anglais. Mais après quelques semaines d’adaptation, on se rend compte que les niouzes se mordent la queue. Libé cite PC Impact qui cite Le Figaro qui cite le Google News US qui cite Reuters qui cite CNN qui cite Le Monde qui cite… Google News Belgique qui cite Libé. De plus en plus de niouzes sont le fruit du marketing des grandes boites qui cherchent surtout à nous vendre leurs produits. Pour changer. Que ce soit la République qui nous vend son Sarko3.0, Apple qui nous survend sa coulitude branchée, MicroSoft qui nous vend son monopole ou Danone qui nous vend ses produits trop sucrés et trop gras, difficile de trouver une info qui n’avantage personne et qui reste une info, pas un plan marketing.

Le passage de la télé au net, c’est une personnalisation des contenus, mais ce n’est pas forcément la libération tant attendue du monde consummériste. Google nous y attend déjà, cookies dans une main, publicité ciblée de l’autre. Je m’étais inscrit au club européen des compacteurs, ces gens qui essayent de moins consommer, histoire de rendre mon ouèbe plus intelligent. Au bout de quelques jours, chacun s’échangeait des messages sur comment plus consommer moins cher: tel supermarché fait des ventes monstres, préparez vos congélateurs… Et puis, depuis quelques mois, c’est devenu un réseau de spam comme les autres. Sexe, drogue et bonnes affaires. Même chez ceux qui fuient le consumérisme, comme dans un film d’horreur, le monstre mou et collant revient. À travers la grille d’aération, par les toilettes, dans le lavabo, et maintenant sur le net.
Alors quoi, back to the forest pour échapper aux monstres? Finalement les moustiques et les loup, c’est tellement lo-tech, on en vient presque à les regretter…