Ce que 3 ans de LaGrotteDuBarbu m’a appris

Publié le 7 November 2010, par Babozor

Voilà un peu plus de trois ans que j’ai lancé un projet un peu barjot: LaGrotteDuBarbu, un podcast vidéo plus ou moins régulier avec comme point central le DIY et ce que j’appèles le “casual hacking”. Une caméra, un peu de temps (et des soirées/nuits un peu réduites), quelques idées, un peu de matériel et c’est parti… et contre toute attente ça dure depuis presque trois ans, avec en moyenne entre 10 et 15 000 vues par épisode et une bonne cinquantaine d’emails reçus chaque semaine (au dernier comptage j’ai plus que 280 emails à répondre, désolé si les réponses sont parfois super longues).

Que m’a donc appris cette aventure? Pleins de choses, en fait:

IMG_0415.jpg
Un projet un peu fou: le casque de DarthVader en Pepakura

1. Des remords plus que des regrets
Vous avez une idée, mais vous ne savez pas si ça va marcher? Et bien tentez l’aventure plutôt que de toujours reculer, même si vous n’avez pas tout le matos, toutes les connaissances, etc… mieux vaut tenter et se planter, que ne rien faire et regretter quelques mois après.

SANY0011.jpg
Leçon retenue: meuleuse + short = mauvaise idée

2. Trouver les bons outils, indispensable…
Que ce soit pour découper du plexiglas, percer des trous, monter un pc, fabriquer un casque de clonetrooper, ou encore pour produire un podcast vidéo, si vous trouvez les bons outils, les bons process, c’est déjà 50% gagné (et on voit sans trop de mal le rapport avec TravailleursDuWeb)

IMG_0326.jpg

3. Donnez, et vous recevrez
C’était déjà le principe pour ce blog, ça a aussi été celui, fondateur pour LaGrotteDuBarbu: basé sur le beerWare (vous faites ce que vous voulez du podcast, si ça vous plait et que vous me croisez, payez moi une bière) et sur le fait que si on se base sur l’intelligence collective on va plus loin. Une réponse démentielle au projet, du monde qui regarde ma vilaine tête et mes projets un peu débiles (c’était déjà la première surprise) et beaucoup beaucoup de réponses: des conseils, des encouragements, des insultes (très peu soyons honnêtes), des propositions de projets cools ou bizarres…

IMG_0269.jpg

4. Du fun, du fun, du fun
Balancer pas loin de 80 épisodes (d’une petite demi heure en moyenne) c’est beaucoup de boulot, donc si vous vous enmmerdez ou que vous ça pour le fric (ah ah ah elle est bonne celle là… pour le fric) vous êtes mal parti. Votre première motivation doit donc impérativement faire des trucs qui vous plaisent, sur lesquels vous vous éclatez, sinon les 5-6 heures de montages par épisode vous sembleront bien longs.

IMG_0274.jpg
Le setup un peu sommaire de prod de LaGrotteDuBarbu: une caméra, un ordi, un mirco

5. Partager sa passion, toujours une bonne idée
Peu importe votre passion (cela peut être la reproduction des crustacés, le crochet ou encore le catch cambodgien) vous pouvez vous adonner seul à cette passion dévorante, ou bien échanger avec d’autres afficionados de cette même passion. Que ce soit clair, plus on est plus c’est fun et surtout cela à tendance à décupler votre passion, en vous ouvrant de nouveaux horizons, ou de nouvelles voies. Mon conseil, partagez (même si votre projet vous semble bancal ou foirreux, les autres vous aideront à recadrer tout ça)

IMG_0180.jpg
Mon nouveau pied d’écran… en légo

6. Etre à l’écoute
Pour qu’un échange soit fructueux il doit aller dans les deux sens (ça paraît con dis comme ça, je sais), donner mais aussi recevoir et donc être à l’écoute des autres, de leurs avis, de leurs suggestions, de leurs projets, de leurs difficultés, de leurs succès. Il faut aussi être à l’affut de tout ce qui passe dans votre communauté, que ce soit via une mailing list, un forum, 237 flux rss…

IMG_0317.jpg
Une tentative (plus ou moins désespérée) de rangement de ma grotte

7. Apprendre de nouvelles choses, de nouvelles techniques, de nouveau matériaux
C’est sans doute la partie que je préfère: être devant un problème, trouver une piste quelque part, mais cela nécessitera d’apprendre quelque chose de nouveau. Que ce soit un nouvel outil (j’ai récemment ré-appris à utiliser correctement un pied à coulisse non numérique), un nouveau procédé, un nouveau logiciel, un nouveau matériau, une nouvelle technique, je me comporte comme un éponge, j’emmagasine, j’enregistre et j’essayes, j’apprends… et c’est toujours passionnant.

IMG_0287.jpg
Ma SuperNES qui est tombée par terre… et réparation imminente prévue

8. On apprend plus des Fail que des réussites
Là non plus ce n’est pas une surprise, que ce soit de comprendre que porter des gants et des lunettes de protection c’est indispensable (avec un presque Fail fatal pour un de mes yeux, pas cool du tout j’avoues, mais leçon apprise), ou encore que certaines choses ne se comportent pas comme on l’espérait, les erreurs sont élément indispensable dans le processus d’apprentissage. Même quand les choses en apparence se passent bien, on peut toujours mieux faire, faire plus efficace, ou d’une autre façon, des micro-fail en quelque sorte… et même de ça on apprend beaucoup.

SANY0568.jpg
Mon casque de CloneTrooper… trop petit comme d’hab mais du bon fun et un résultat plutôt pas mal du tout

9. Une bonne préparation est indispensable
Vous voulez un résultat pas trop dégueulasse? Une des leçons de ces heures passées dans ma grotte, c’est que prévoir un minimum, réfléchir et préparer aussi bien un sujet qu’une plaque de MDF pour être peinte vous évitera beaucoup d’ennuis. Y aller à la bourrin c’est bien, se renseigner et préparer c’est beaucoup mieux.

SANY0286.jpg
Mario et son clône

10. Rien n’est impossible (c’est juste parfois long et/ou couteux)
C’est la dernière leçon, sans aucun doute la plus gratifiante. Peu importe le domaine, le niveau de complexité plus ou moins apparent, rien n’est impossible, il vous suffit de vous renseigner, d’apprendre les différentes techniques, de foirrer, de foirrer encore et encore, de découper ça en morceaux plus accessible et RIEN n’est IMPOSSIBLE. J’ai touché à des domaines que je pensais franchement inaccessibles, j’ai démonté (et réussi plus ou moins à remonter) des objets que je pensais intouchables, et fais bien plus que ce que je pensais pouvoir faire.

Voilà presque trois ans et (bientôt dès que l’épisode Saison 03 Episode 0F sera en ligne) 81 épisodes de casual hacking, beaucoup de travail, d’énergie, énormément de fun, une réponse de la communauté hallucinante et une expérience juste démentielle. Beaucoup de leçons apprises, encore bien plus à choper…

WordCamp Paris 2 (résumé en vidéo) – Teaser

Publié le 9 February 2009, par Babozor

Un petit teaser du résumé vidéo du dernier WordCamp Paris 2 qui ne saurait tarder (d’ici mercredi-jeudi à priori)


WordCamp Paris 2 – teaser from babozor on Vimeo.

Enjoy :)

Sanyo Xacti HD1010… impresionnant mais perfectible!

Publié le 9 February 2009, par Babozor

Depuis Samedi matin j’ai un nouveau joujou: le Sanyo Xacti HD 1010
Oui ça fait deux caméras, mais j’étais en fait surtout à la recherche d’une petite caméra, tout terrain, robuste, qui tiennes dans la poche de mon treilli… que je puisse trimballer un peu partout, avec une bonne qualité et surtout m’évite de me balader avec mes 115 kilos de matériel (pas comme avec la XM2 qui est très très bien, mais encombrante avec tout le matos qui va autour).
J’ai donc longuement vadrouillé sur le web, dans les forums vidéos, sur différentes sites de e-commerce pour trouver la perle rare.
Petit, costaud, autonomie, pratique, abordable, prise micro/headphone… je suis bien vite tombé sur deux / trois modèles guère plus, dont un très encombrant… et en fait c’est la forme peu conventielle du Xaxcti qui m’a décidé.

xacti_overview.jpg

Petit mais costaud
La première chose qui frappe c’est le côté compact de l’engin: 11 cm pour son côté le plus grand, un peu plus de 300 grammes (avec la batterie et la carte SD) et une forme atypique, un espèce de pistolet trapu.
Les caractéristiques techniques sont assez impressionnantes:
– vidéo: jusqu’au vrai FullHD: 1920 x 1080 (60 FPS 14 Mbps) en passant par d’autres modes, donc un intéressant: Web-SHR 448 x 336 ( mais avec 300 images par seconde)
– photo: jusqu’à 8Mpixels (3264 x 2448) – Perso j’ai choisi le mode 4Mo low compression (c’est déjà du 2288 x 1712)
La capacité de stockage dépend de votre carte SD (qui n’est pas fournie), moi j’ai chopé une 16Go et même après avoir pris presque une demi heure de film et presque 400 photos, à peine 3Go d’utilisé, donc largement de quoi se faire quelques heures de photos/vidéos sans soucis de transfert de fichier.
Le LCD est très bien, bon rendu, brillant sans trop aveugler… pas trop terne (même si j’ai une certaine tendance à me méfier du rendu des LCD, qui en général n’est guère fidèle au rendu final)
Il y a un flash (mais je déteste les photos au flash) intégré, avec plusieurs modes disponibles… certes son comportement en lumière basse est correcte mais si vous voulez un rendu optimal, préférez la lumière du jour ou une bonne lumière.
Plusieurs modes pour la balance des blancs (les modes standard) et le mode OnePush qui vous permet de faire une presque vraie balance des blancs.
Pas mal de possibilités de bidouiller, adapter (on y reviens dans quelques lignes)

xacti-mf.jpg

La qualité de l’optique est là (on reviendra sur le problème du focus après), avec un zoom x10 (que la plupart du temps je n’utilises jamais, mais bon au cas où) avec possibilité de shooté en mode macro à quelques centimètres, et environ 20-30 cm pour le mode vidéo.
Il est fourni avec une base/dock qui permet de le recharger, mais surtout de transférer le contenu via USB, câble composite et HDMI vers une télévision ou un autre matos vidéo.

En tout cas pour le prix, les caractéristiques techniques sont bien là…

Ne pas utiliser les presets usine (ben ouais je sais)
La prise en main est super instinctive… on recharge, on plug la carte SD et hop on est parti… deux boutons super identifiables pour prendre photo ou bout de vidéos, le zoom, mode lecture ou enregistrement, le bouton menu, un petit joystick et hop c’est tout.
Out of the box la qualité est bonne mais on remarque plusieurs choses après quelques heures d’utilisation:
– les presets d’usines sont bien si vous êtes sur un pied, en lumière plein jour, etc… mais dans d’autres conditions, mieux vaut régler vous même les différents réglages
– l’autofocus (malgré la présence de trois modes différents) est assez moyen… après quelques dizaines de photos ratées on part bien vite en mode manuel, qui prend un poil plus de temps mais garanti de bien meilleurs résultats
– en particulier en mode photo quand on clique avec le pouce sur le bouton, l’appareil à tendance à bouger (un tout petit peu) surtout en mode macro, ce qui provoque 20% des photos un certain flou (j’aurais bien vu une gachette plus qu’un bouton, mais bon)

xacti_macro.jpg

Encore quelques tests/réglages à trouver
Il reste encore quelques réglages à trouver, à jouer avec certaines réglages…
Un truc super pratique c’est la possibilité de mettre des favoris sur les touches du joystick (moi j’ai mis les mode de focus et la priorité du mode photo en haut et en bas, super accessible, super pratique)… les photos sont globalement de très très bonnes qualité (surtout comparé aux photos prises avec mon iPhone) et les vidéos en fullHD juste bluffantes.
Il n’empêche, je galère encore à trouver les bons réglages d’export sur FinalCut (quelques sauts dûs à priori aux keyframes et bitrate, problème que j’essaye de résoudre) mais ça viendra.

xacti_af.jpg

Au final
Matériel compact et dotées de bonnes caractéristiques (supérieur sur certaines points à mes attentes)… nécessite un peu de bidouillage pour trouver les bons réglages ou bonnes utilisations, mais très bon matériel. Encore quelques semaines d’attente pour une parfaite prise en main et pour vous donner mon avis final, mais en tout cas je ne le quitte plus mon nouveau joujou :)

[Teaser] La Grotte Du Barbu…

Publié le 17 August 2008, par Babozor

Et je ferais aucun commentaire… puisque c’est un teaser


La Grotte Du Barbu – Teaser from babozor on Vimeo.

Premier épisode, courant Septembre 2008
A suivre…

BarCamp: OpenCamp / VideoCamp2 / PHPCamp

Publié le 15 May 2008, par Babozor

camp.jpg

Comme vous avez pu vous apercevoir depuis quelques semaines/mois, j’écume les barcamps parisiens (WordCamp et VideoCamp pour mes deux premiers), avec quelques dates pour les prochaines éditions de BarCamp qui m’intéressent:
VideoCamp2 le 7 juin 2008 à la Cartonnerie
PHPCamp le 7 juin 2008 à la Cantine (organisé pas l’AFUP, mais pas encore de wiki??!)
OpenCamp le 28 juin au Musée de l’informatique à la Défense

Oui vous avez bien vu/lu 2 BarCamps en simultané le 7 juin et j’aimerais être aux deux, d’où un profond dilemme pour moi à résoudre (ou alors un bout de l’après midi chez l’un et un autre chez l’autre mais c’est un peu pourri)

Mais c’est quoi un BarCamp?
C’est un évènement participatif, une sort d’anti-conférence… au contraire de celle ci où une personne parle et où le reste de l’auditoire écoute (plus ou moins) sagement, dans les BarCamps tout le monde peut participer, aussi bien pour le choix des différents sujets, que pendant les ateliers.

Comment ça se passe/fonctionne?
1. Présentation – 3 tags
Première étape: la présentation des participants, traitionnellement assez vite, avec un nom/prénom et trois tags qui caractérisent la personne ou ce qu’elle attend/recherche au BarCamp. Pas de blabla inutile (mais si certains ont un peu du mal avec ce concept), pas de pub pour votre boîte… juste l’essentiel

2. Choix des ateliers
Tout le monde est invité ensuite à inscrire sur un tableau les thèmes qu’ils voudraient voir traité durant le BarCamp, c’est complètement libre… l’équipe organisatrice bouge certains ateliers pour tenter de contenter tout le monde et éviter d’avoir des sujets redondants
En général un atelier dure une petite heure.

3. Action
Et voilà c’est parti, choisissez un atelier, participiez, échangez, apprenez, la magie du BarCamp est en route…

Pour ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience, je vous incite à le faire un jour ou l’autre, c’est assez unique de voir tous ces gens qui ne se connaissent pas, mais avec un centre d’intérêt commun, qui échangent, discutent (parfois pas sur le sujet du jour, mais on s’en fout en fait)… une expérience unique, j’adore.